La convention-cadre de l’OMS substituée par la promotion du tabac

Les différents paquets et cartouches des produits de tabac fabriqués au Burundi ne portent pas des mises en garde sanitaires décrivant les effets nocifs de la consommation du tabac. Pire, ils font, à travers des moyens fallacieux, la promotion du tabac. Une situation qui contraste avec la Convention- cadre de l’OMS pour la lutte antitabac que le Burundi a ratifiée et acceptée de mettre en œuvre.

Parmi les produits du tabac commercialisés au Burundi figurent ceux produits au Burundi et d’autres qui sont importés. Les paquets et cartouches des produits du tabac fabriqués au Burundi ne portent pas encore de messages de mise en garde sanitaire contre les effets nocifs de la consommation du tabac. ‘’ Les produits de tabac fabriqués au Burundi sont le Supermatch, Supermach Menthol et Yes. Tous ces produits de tabac ne portent jamais des messages de mise en garde contre les effets nocifs de la consommation du tabac.’’ Précise un des vendeurs du tabac.

Par contre, les produits de tabac importés portent ces mises en garde contre la consommation du tabac. Paradoxalement, certains de ces produits de tabac fabriqués au Burundi font la promotion du tabac. Tel est le cas des paquets et cartouches de Supermatch sur lesquels on trouve une photo d’un sportif talentueux. Pourtant, l’absence des mises en garde sanitaire contre les effets nocifs du tabac et la promotion du tabac constituent des violations de la convention-cadre de l’OMS pour la lutte antitabac ratifiée par le Burundi le 22 novembre 2005 et entrée en vigueur au Burundi depuis le 20 février 2006.

Selon cette convention, les Etats-partie adoptent et appliquent des mesures efficaces pour faire en sorte que le conditionnement et l’étiquetage des produits de tabac ne contribuent pas à la promotion du tabac par des moyens fallacieux, tendancieux ou trompeurs susceptibles de donner une impression erronée quant aux effets sur la santé et que le conditionnement et l’étiquetage extérieurs de ces produits portent des mises en garde sanitaires sur les effets nocifs de la consommation du tabac. Par ailleurs, ces mises en garde doivent être de grande dimension, clairs, visibles et lisibles, couvrir 50% des faces principales mais pas moins de 30% et peuvent se présenter sous forme de dessins ou de pictogrammes.

Rôle et complicité du ministère de la santé

Ces associations de la société civile et des professionnels de la santé font savoir qu’elles ont tout fait pour que le ministère de la santé mette en pratique les mesures de l’OMS contenu dans la convention cadre de lutte antitabac. Un des responsables revient sur les efforts déjà fournis mais en vain. ‘’Que ce soit les associations indépendantes ou des professionnels de santé et de lutte contre la tuberculose etc, elles ont adressé des correspondances et des rapports au ministère de la santé pour montrer ce qu’il faut faire. Mais rien n’a été fait.’’

Ces associations déplorent l’attitude du ministère de la santé qui ferme les yeux devant des publicités fallacieuses et trompeuses des sociétés de production du tabac qui incitent la population à consommer du tabac. ‘’ C’est déplorable de mettre une photo d’un footballeur sur un paquet de cigarettes en mentionnant que la marque est Supermatch. Cela veut dire que c’est un match extraordinaire par rapport aux autres matchs. L’autre marque de cigarettes est Yes. C’est-à-dire Oui, je mets mon accord. Ce sont donc des messages qui incitent les gens à consommer du tabac.’’

Ces associations demandent la conjugaison des efforts des ministères de la santé et celui de la justice pour mettre en application les mesures antitabac de l’OMS. ‘’ Nous demandons aux ministères de la santé et de la justice de travailler ensemble afin que les messages de mise en garde contre le tabac soient pareils que ceux que l’on trouve sur les marques Dunhill, Marlboro et autres qui viennent des pays développés qui ont compris les méfaits du tabac.’’

Si rien n’est fait dans ce sens, ces associations menacent d’inciter la population à porter plainte contre les sociétés de fabrication du tabac et les services étatiques complices pour dédommager les familles des victimes du tabagisme.