Des commerçants en faillite suite à la Covid-19

Conséquences néfastes de la pandémie sur les commerçants qui achètent leurs marchandises dans les pays de la région. L’approvisionnement est très difficile depuis la fermeture des frontières. Ceux qui parviennent à le faire travaillent à perte vu que les marchandises leur parviennent à un coût élevé, sans parler des clients qui se font de plus en plus rares.

Certains commerçants burundais indiquent que suite à la pandémie de la Covid-19, leurs affaires ne marchent presque plus. ‘’Avant l’apparition de la Covid-19, on allait régulièrement chercher nos marchandises. Nous avions beaucoup de clients. Il y avait aussi de l’argent, même le dollar était moins cher. On s’approvisionnait trois fois par mois’’

Pour le moment, ces commerçants qui s’approvisionnaient, pour la plupart, dans les pays de l’EAC sont dans une désolation totale. A part qu’il leur est actuellement difficile d’avoir des marchandises, elles sont devenues chères, ce qui est à l’origine de leurs faillites. ‘’Depuis la fermeture des frontières suite à la Covid-19, il est très difficile pour nous de s’approvisionner en marchandises. N’étant plus libres de circuler, on se retrouve avec un seul fournisseur qui nous procure des chaussures à vendre ici au pays. Et ce fournisseur fixe ses prix comme il veut car il sait que nous n’avons pas d’autres choix et qu’il a le monopole. Pour ceux qui ont un grand capital, ils s’approvisionnent à Kampala. Mais là aussi, ils commandent d’ici  et à un prix exorbitant. Et comme ces produits sont chers, ils ne trouvent plus preneur.’’  S’est confié un des commerçants à la RPA.

Cette situation a fait que beaucoup de commerçants consomment leurs capitaux, d’où certains ont déjà déposés leurs clés. Les sources concordantes de la RPA au sein de ces commerçants font savoir qu’à ces difficultés s’ajoute la valeur du dollar, monnaie qu’ils utilisent pour l’approvisionnement, qui ne cesse d’augmenter.

Pour rappel, jusqu’aujourd’hui, presque toutes les frontières du pays sont fermées à cause de cette pandémie. Pour éviter sa propagation, plusieurs pays ont dû aussi fermer les frontières.