Une veuve et son nourrisson victimes d’une mascarade policière

Christa Kaneza est écrouée à la prison centrale de Mpimba depuis 2 jours, reprochée d’avoir planifié et mis en exécution l’assassinat de son mari, en complicité de deux malfaiteurs. Des accusations réfutées par la famille de la victime.

La jeune femme de 18 ans a été arrêtée mardi le 19 janvier par la police avant d’être conduite le même jour au cachot du Bureau Spécial de Recherche BSR. Elle a été incarcérée le lendemain avec son bébé de 2 mois à la prison centrale de Mpimba. Epouse de Feu Thierry Kubwimana, Christa Kaneza est accusée d’être commanditaire de l’assassinat de son mari.

Thierry Kubwimana a été tué à son domicile sis au quartier Gasekebuye, zone Musaga en Mairie de Bujumbura, la nuit du 24 au 25 Novembre 2020 par des hommes armés non encore identifiés.

Selon la police, cette femme aurait planifié cette sale besogne et facilité l’incursion des assassins dans sa propre maison pour l’exécution de son mari. ‘’ Lors de la restitution du crime, la police s’est rendue sur le lieu du crime avec les présumés assassins. Arrivée là-bas, elle s’est rendue compte que ces gens arrêtés ne savaient même pas l’adresse du défunt ou alors comment la maison est construite. Donc, la police a conclu que ce crime ne pouvait pas se commettre sans l’aide d’une personne qui est à l’intérieur et la seule qui était à l’intérieur est sa femme.’’ A déclaré ce mercredi 20 janvier Pierre Nkurikiye, porte-parole du ministère de l’intérieur et de la sécurité publique. Et ce dernier de poursuivre en disant que ‘’ Quand la police a focalisé ses enquêtes sur cette femme, il s’est avéré qu’elle cachait des choses importantes à l’enquête au cours de l’interrogatoire. De plus, dans ses déclarations, ses propos ne corroboraient pas avec ce que la police avait conclu. Par exemple, elle a affirmé que son mari est mort après avoir reçu des balles alors que la victime présentait des traces de lutte ce qui montre qu’elle a essayé de se défendre. Suite à toutes ces incohérences, la police a alors conclu que cette femme n’était autre que l’instigatrice, auteure principale et complice dans la consommation de ce crime ‘’ a conclu Pierre Nkurikiye.

Ce qui a fort étonné ceux qui suivent de près cette affaire, c’est que la police avait déjà tranché et conclut que Christa Kaneza est bel et bien l’assassin de son mari, avant même que la justice ne se prononce.

Différentes opinions indiquent, en effet, que les propos du porte-parole du ministère de l’intérieur et de la sécurité publique, Pierre Nkurikiye, ne sont en rien digne de foi. Ils font savoir que par conséquent la police chercherait tout simplement un bouc émissaire pour protéger des hautes autorités issues du Cndd-Fdd qui seraient les vrais planificateurs de cet assassinat.