Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

Montée de criminalité au Nord du pays

Deux personnes ont été tuées la nuit du jeudi 29 avril dans deux provinces du Nord du Burundi. L’une est une femme qui a été tuée  égorgée par son mari et l’autre est un enseignant qui a été étranglé par des inconnus.

En province Ngozi, un certain Pascal Bucumi a été tué la nuit de ce jeudi 29 avril. Il était enseignant à l’Ecole Fondamentale de Mivo et habitait le quartier Gisagara de la commune Ngozi. Son corps a été retrouvé le lendemain matin à un kilomètre de son domicile. Selon le voisinage, Pascal Bucumi a été tué par des personnes qui l’ont appelé au téléphone.‘’La nuit dernière entre 21 heures et 22 heures, il a reçu un coup de fil. Il est ensuite parti à la rencontre de ces personnes qui venaient de l’appeler mais il n’est pas revenu. Son corps a été découvert le matin. Il a été étranglé et les auteurs n’ont pas été identifiés.’’Témoigne un des habitants de Gisagara.

Pascal Bucumi a été ligoté avant d’être tué. Il y avait un lacet sur le cou. Ce qui fait croire que c’est le même lacet qui a été utilisé pour l’étrangler.

Une deuxième personne tuée est une femme de la colline Nonwe en zone et commune Giteranyi de la province Muyinga. C’est à la frontière entre le Burundi et la Tanzanie. Elle a été égorgée dans la soirée du même jeudi. Selon les voisins, c’est son mari qui venait de rentrer de la Tanzanie qui est l’auteur de cet assassinat. Il est aussitôt reparti en Tanzanie selon les mêmes sources.

Moins de 24 heures après, un prisonnier politique gracié est porté disparu

Les bénéficaires de la grâce présidentielle mise en application depuis ce lundi commencent  à etre systématiquement portés disparus. Le cas jusqu’à présent répertorié par  la RPA est celui d’un certain Alexis Nsabimana.

La dernière fois qu’Alexis Nsabimana a été joignable, c’était ce lundi 26 avril à 13h pile. A ce moment-là, il s’entretenait avec un  de ses  amis qui comptait aller l’accueillir dès la sortie de  prison. Mais, selon notre source, dix minutes avant, Alexis avait reçu un autre coup de téléphone de sa fiancée. Cette dernière désirait également aller l’accueillir. De son côté, Alexis savourait déjà sa liberté et attendait impatiemment un véhicule de l’administrateur de la  commune Mukaza qui, avait-il été informé,  devrait déplacer les personnes qui venaient d’être libérés et qui prenaient la direction Ruziba en zone Kanyosha. Mais il ignorait qu’un plan de l’enlever avait déjà été concocté. Peu après 13h,  les  deux lignes qu’utilisaient Alexis ont été  éteintes. Quant aux membres de sa  famille, ils l’ont vainement attendu à Ruziba.  Tard dans la soirée, ils sont rentrés avec l’espoir qu’Alexis allait finir par se pointer à la maison où tout le monde l’attendait pour fêter sa libération. Mais l’attente fut longue et  tout le monde commençait à s’inquiéter. Selon une source proche de sa famille, ils ont demandé de l’aide auprès d’un officier de la documentation, mais  ce dernier  les a juste conseiller de prendre leur mal en patience.

Ingénieur de formation, Alexis Nsabimana est natif de la colline Nyamaboko, zone Kiyenzi de la commune Kanyosha, en Mairie de Bujumbura. Membre du parti FNL d’Agathon Rwasa, Il avait été arrêté en janvier 2016  accusé de détention illégale d’armes à feu. Bien que les jeunes qui l’avaient accusé l’aient par après blanchie lors du  procès, Alexis avait fini par écoper de 6 ans de prison.

Les imbonerakure de Nyamitanga suspectés du meurtre d’un missionnaire béninois

Découverte ce mardi 27 avril d’un corps flottant sur les eaux de la rivière Rusizi. Le défunt est un évangéliste étranger qui venait de la République Démocratique du Congo. Les imbonerakure de la colline Nyamitanga, en commune Buganda de la province Cibitoke qui facilitaient sa famille à atteindre le territoire du Burundi en empruntant ce canal seraient  les premiers suspects.

Le cadavre a été repêché dans l’après-midi de  ce mardi. Les signes sur le corps en décomposition illustraient une mort par égorgement. Le corps présentait également des traces de coups de massues sur la tête. Selon nos sources, le défunt était évangeliste et aurait été tué par les passeurs imbonerakure.

En effet, d’origine béninoise, la victime était mariée à une burundaise. Avec leurs enfants, ils revenaient de la République Démocratique du Congo. Et, poursuivent nos sources, pour traverser la Rusizi, ils ont fait appel aux imbonerakure de  Nyamitanga en commune Buganda de la province Cibitoke. Selon les déclarations de la femme du défunt à la police, les imbonerakure ont d’abord aidé la femme et les enfants à traverser. De l’autre côté de la Rusizi, la  famille de la victime est ensuite montée à bord d’un véhicule de transport en commun qui devait les conduire à Bujumbura. Les imbonerakure en question promettaient qu’ils allaient retraverser la Rusizi pour ramener le prédicateur.

Arrivée à la maison, la famille a attendu le chef de la famille mais il n’est jamais revenu. Comme la femme ne parvenait  pas à joindre son mari sur téléphone, elle a lancé une alerte. Ce n’est que ce mardi qu’il a été signalé que le cadavre du prédicateur flottait sur la Rusizi du côté de la République Démocratique du Congo. Selon les dires de son épouse, il aurait été tué parce qu’il avait sur lui une importante somme d’argent. Le béninois vivait en RDC avant de s’installer au Burundi en 2019.

Nos sources à la police indiquent que les enquêtes sont déjà en cours pour démasquer les auteurs de cet assassinat.

Meurte d’un couple de Ruyigi accusé d’occultisme

Deux habitants de la colline Nyagutoha en commune et province Ruyigi ont été tués à l'aide des machettes la nuit du 23 au 24 avril. Selon les informations en provenance de cette localité, les auteurs du crime ont également lancé une grenade devant le ménage des victimes. Des soupçons de sorcellerie seraient derrière ce crime.

 

Les deux victimes ont été tuées à la machette. Il s’agit d’un vieillard connu sous le nom de Melchiade Gihomvora ainsi que de son épouse. Le crime a eu lieu vers minuit. Selon les voisins, les deux victimes assassinées avaient reçu des menaces de mort ces derniers jours.

Nos sources indiquent que des tracts  sur lesquels étaient écrits des accusations de sorcellerie ont été découverts devant le ménage de ces deux victimes.  Les administratifs à la base indiquent que 6 présumés coupables ont déjà été arrêtés par la police pour des raisons d’enquête. Les voisins des victimes révèlent que les auteurs de ce crime ont lancé une grenade devant le ménage des victimes. L’objectif  était d’intimider les voisins qui tenteraient de secourir les victimes.

Faire un don

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 1045 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech