3 enfants laissent la vie dans une attaque à la grenade perpétrée à Carama

Trois enfants ont été tués par une  grenade lancée l’avant-midi de ce jeudi 13 Août au quartier Gahahe, zone kinama de la commune urbaine de Ntahangwa. Plusieurs personnes ont également été blessées. Trois personnes ont été arrêtées pour des raisons d’enquêtes .

La population qui habite le quartier Gahahe, en zone Kinama de la commune Ntahangwa était sous le choc suite à une grenade qui a emporté la vie de trois enfants. Le premier est mort sur le champ. Le second,selon notre source, est mort en cours de route vers l’hôpital tandis que le troisième a succombé à ses blessures au centre de santé communément appelé chez Ntiba.

Plus d’une dizaine de personnes ont été grièvement blessées. « Nous étions au salon de coiffure situé tout près de la boutique du surnommé Mwarabu quand cette grenade a explosé. C’était aux environs de 8 heures du matin. A ce moment, les enfants regardaient un film sur un poste téléviseur qui était à l’intérieur dudit salon de coiffure. Touchés par les éclats de cette grenade, 3 enfants sont morts et plusieurs autres blessés. Parmi eux, 8 sont hopitalisés dans différents hôpitaux. » Témoigne un des habitants du quartier Gahahe.

Certains individus sont suspectés dans ce crime. « Le premier suspect est le prénommé Désiré, chef des Imbonerakure du quartier Gahahe. Ce dernier s’était chamâillé la veille avec le propriétaire de la boutique située tout près de ce salon et avait juré d’en découdre avec lui avant la fin de la semaine. Pour le moment, cet Imbonerakure est entre les mains de la police. »

La police a également arrêté trois autres personnes pour des raisons d’enquête. La population du quartier Gahahe plaide pour le désarmement de la population. De son côté, La Fédération  nationale des associations engagées dans le domaine de l’enfance au Burundi, FENADEB en sigle, demande à la justice de faire convenablement son travail et rappelle au public que la protection de l’enfant est un devoir de chaque citoyen. C’est après que 6 autres enfants aient péris dans 2 incendies de maisons d’habitations dans les provinces de Muyinga et Bujumbura les 4 et 5 Août courant, ce qui ramène à 9 le nombre d’enfants ayant été assassinés en moins de deux semaines.