Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

Le prix officiel du ciment de Buceco n’est toujours pas respecté.

En mairie de Bujumbura, le ciment produit par Buceco est vendu clandestinement et à un prix  élevé. Les propriétaires de chantiers et prestataires dans le domaine de la construction interpellent le gouvernement pour qu’il fasse respecter  le prix officiel.

Dans différents quartiers de la Mairie de Bujumbura,  un sac de  ciment  de Buceco n’est vendu que moyennant paiement  d’une somme minimale de 30 000 francs.  Selon nos sources des différents quartiers, avoir aussi un sac  à ce prix n’est toujours pas évident. Pourtant, le prix officiel d’un sac de ciment est de  24500 francs. En cas de manque du ciment de Buceco, certains  utilisaient le  ciment nommé Dangoté. Aujourd’hui, les prix de cette catégorie de ciment  ont  également  grimpé comme le témoigne cet habitant. « La  question de manque   de ciment est devenu  casse- tête ici au Burundi. Le gouvernement croit qu’un sac de ciment de Buceco coûte vingt- quatre mille cinq cent. Mais, c’est faux.  Un sac coûte trente- trois milles  partout. Le ciment de type Dangoté s’achète à quarante mille francs le sac alors qu’avant coûtait vingt- huit milles. Les habitants se lamentent et ne savent plus quoi faire car ils ne parviennent plus à trouver le ciment de Buceco ».

Ceux qui utilisent le ciment de Buceco  ajoutent que même s’ils payent ce prix élevé, les vendeurs mettent le prix officiel sur les reçus. « Dans  tous les quartiers de la mairie de Bujumbura, l’on ne  respecte  pas le prix officiel. Nous l’achetons à trente- trois mille francs le sac mais  sur le reçu ils marquent le prix  officiel de vingt- quatre mille cinq cent. Et  si tu refuses, ils ne te donnent  pas le ciment. Donc, les commerçants le vendent clandestinement. Un camion de BUCECO bien chargé avec  plus de cinq cent sacs peut débarquer  dans le quartier asiatique et quelques minutes après  les vendeurs du ciment annoncent aux clients  que le stock  est vide. Quand nous demandons pourquoi,  on nous répond que la situation est due  au manque des devises », a révélé une source.

Ceux qui travaillent dans le domaine de  la construction  et ceux qui possèdent des chantiers  indiquent que cette pénurie du ciment ne date pas d’aujourd’hui et demandent  au gouvernement de faire respecter les prix officiels. « Ca fait quelques mois que nous faisons face  à cette pénurie du ciment. Moi-même j’ai un chantier. J’ai acheté  plus d’une fois un sac de ciment à trente- trois milles francs. Là aussi, tu dois  être proche de ce commerçant pour qu’il te donne  entre  trois et cinq sacs de ciment pour trente- trois mille le sac », a indiqué un propriétaire d’un chantier.

La population demande que le gouvernement veille à ce que le ciment soit vendu au prix qu’il a fixé.

A ce propos, la rédaction de la Rpa a essayé de joindre la direction de Buceco ainsi que le ministère du commerce mais sans succès.

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 181 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech