Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

La spéculation dans la vente de l’engrais de l’usine FOMI.

Les cultivateurs de la commune Rugombo en province Cibitoke dénoncent l’attitude des agents de la société qui fabrique l’engrais chimique FOMI ainsi que des autorités locales qui sont complices avec des commerçants qui vendent cet engrais à des prix exorbitants. Cette spéculation est consécutive à la pénurie de cet engrais.

Ces cultivateurs de la commune Rugombo se lamentent qu’il y’a des commerçants qui font la spéculation et la fraude suite au manque criant de l’engrais chimique fabriqué par la société FOMI. Ces cultivateurs précisent que ces commerçants ont ajouté aux prix officiels une somme de 20 500 francs à un sac de 25 kilos de l’engrais Totahaza, une somme de 14 mille francs à un sac de 25 kg de l’engrais Imbura et une somme de 57 mille a été ajoutée à un sac de 25 kg de l’engrais Urée importé de l’étranger. « On achète l’engrais Imbura de FOMI à 29 mille francs et l’engrais Totahaza à 25 500 francs. Mais actuellement, l’engrais Totahaza est vendu à 46 mille francs, l’engrais Imbura s’achète à 43 mille francs et un sac de 25 kg de l’urée importé de l’étranger s’achète à 82 mille francs. C’est au gouvernement de répondre à cette question car c’est impossible que l’engrais fabriqué dans le pays soit vendu frauduleusement », révèle une source.

Ces cultivateurs accusent les agents de la société FOMI d’être complices avec ces commerçants qui vendent à des prix exorbitants cet engrais chimique du fait qu’aucun commerçant n’est autorisé de vendre l’engrais excepté la société FOMI. « Les commerçants savent très bien les magouilles qu’ils font en collaboration avec la société FOMI pour avoir une grande quantité de ces engrais chimiques. Alors que la FOMI s’était engagée de stocker ce fumier dans les hangars pour les mettre à la disposition de chaque cultivateur afin que personne n’aille l’acheter chez les commerçants et que ces derniers ne sont pas autorisés de vendre ces engrais sauf la société FOMI. Mais, c’est cette société FOMI qui est complice avec ces commerçants qui volent notre argent en augmentant le prix de ces produits. Nous avons toujours dénoncé cette fraude. Alors,  nous ne pouvons pas dire que la société FOMI n’est pas au courant. Ces commerçants collaborent avec la FOMI pour nous voler », se lamente un cultivateur.

Selon toujours ces cultivateurs, ce commerce frauduleux se fait au su et au vu des autorités locales car parmi ces commerçants qui vendent l’engrais FOMI à des prix énormes figurent certaines hautes autorités de la province Cibitoke. « Le gouvernement sait également comment ils nous volent notre argent. Je ne pourrai pas dire que l’administrateur ne sait pas ce qui se passe ici en commune Rugombo. Les autorités locales savent qu’à présent tout l’engrais est déjà terminé. Mais,  ces autorités ferment les yeux sur les personnes qui stockent l’engrais chez elles. Les gens savent que la plupart de ceux qui vendent ces engrais sont parmi ces autorités locales », précise une source.

 

Ces cultivateurs de la commune Rugombo demandent avec insistance au gouvernement du Burundi d’arrêter ce vol qui se commet au su et au vu des autorités administratives et des agents de la société FOMI et que la vente de cet engrais fabriqué par FOMI s’effectue dans le respect des prix fixés par l’Etat.

La  société FOMI s’en défend.

L’un des hauts cadres de la société FOMI a répondu à ces accusations que ce n’est pas du tout vrai. Selon lui, la société FOMI a l’obligation de produire la quantité d’engrais selon la demande sur terrain et après la fabrication de ces produits, la société FOMI les remet au gouvernement burundais. Il  explique que c’est le gouvernement qui, à son tour, distribue ces engrais chimiques à la population et qui assure le suivi de cette distribution. Il conclut que c’est plutôt ce même gouvernement qui doit répondre de ce commerce frauduleux de ces engrais.

A propos de cette réponse fournie par l’un des hauts cadres de la société FOMI et des accusations des cultivateurs à l’égard des autorités de la province de Cibitoke de collaborer avec ces commerçants qui vendent frauduleusement ces engrais chimiques, la rédaction de la RPA a essayé de joindre au téléphone l’administrateur de la commune Rugombo, Manirakiza Gilbert, et le gouverneur de la province de Cibitoke, OPCI Bizoza Carême, mais sans succès.

Contacté au téléphone, le ministre en charge de l’agriculture et de l’élevage, Déo Guide Rurema, n’a pas décroché son téléphone.

Faire un don

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 207 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech