Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

Evariste Ndayishimiye interpellé pour enquêter sur la construction du barrage de Kajeke

Différents experts qui ont suivi de près le projet de construction du barrage de Kajeke demandent au président de la république d’enquêter sur le détournement des fonds y alloués à partir de l’attribution dudit marché. Cette demande intervient après que le président de la république ait annoncé récemment que les responsables du détournement de ces fonds doivent se préparer au remboursement de tout l’argent volé.

 

« Combien d’argent nous aurez déjà rapporté ce barrage de Kajeke si tout avait été fait comme il faut ? Nous avons non seulement débloqué beaucoup d’argent, mais nous avons été obligé de suspendre toutes les activités agricoles qui s’y déroulaient. Et tout ça pourquoi ? Où est parti notre argent ? Et ils osent nous demander de relancer les activités! On ne peut plus cautionner de tels agissements. Soyez mes yeux et mes oreilles ». Ce sont les propos  du président Evariste Ndayishimiye.

Le numéro un burundais mettait en garde, ce jour-là, ceux qui ont volé l’argent destiné à la construction du barrage d’irrigation de Kajeke situé en province Bubanza.

Selon certains experts ayant suivi de près ces travaux, les lacunes ont commencé à s’observer dès le début des travaux. Ils indiquent que Odette Kayitesi, la ministre de l’époque en charge de l’agriculture et de l’élevage, a octroyé le marché d’étude desdits travaux à un expert non qualifié et cela sans qu’il y ait même eu un appel d’offres. Nos sources révèlent que la ministre Odette Kayitesi a confié cette tâche à un certain Agapite Kabwa, un  ingénieur en agronomie, au lieu de la confier à un ingénieur en construction. 

Autre fait sur lequel le président de la république devrait se pencher, selon les mêmes experts, concerne le remplacement de certaines sociétés qui avaient gagné le marché par celles qui n’ont même pas soumissionné. Ainsi, ces experts indiquent que cela n’avait d’autres visées que celles de voler l’argent destiné à la construction du barrage d’irrigation de Kajeke. 

Nos sources ajoutent aussi que des vols de certains matériaux de construction se sont opérés sur ledit chantier. A titre illustratif, ils parlent de dix milles buses en béton retirées de manière obscure du chantier du barrage de Kajeke, des buses qui auraient servies à la construction du barrage de Jiji-Murembwe.  Au moment où une buse a une valeur de 120 mille francs burundais, nos sources indiquent que les buses retirées du barrage d’irrigation de Kajeke ont une valeur d’1 milliard 200 millions de francs burundais. Ils demandent donc que des enquêtes soient également diligentées sur ce cas.

L’autre fait relevé par ces experts qui se sont entretenus avec la RPA concerne les indemnisations des propriétaires des terres où a été construit ce barrage. Ici, ils expliquent que cette indemnisation a été caractérisée par des dédommagements illégaux car donnés aux gens qui n’avaient même pas de parcelles. Un acte qui a occasionné des conflits interminables aboutissant au ralentissement du démarrage des activités.

Pour ce, ces experts demandent au président de la république de privilégier beaucoup plus les actions aux paroles et de concrétiser ses dires par des enquêtes approfondies.

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 215 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech