Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

La passation des examens de fin de cycle dispensés par le gouvernement tanzanien est toujours attendue.

La coordination de l’enseignement au camp de réfugiés de Nduta en Tanzanie est dépassée  par  la question  du retard de passation  des examens de fin de cycle  dispensés par le gouvernement tanzanien.  Au moment où il  s’observe une désorientation totale chez les élèves  en attente de l’examen depuis le mois d’Août,  la coordination demande encore 2 mois de patience. Une situation qui ne rassure pas les parents.

L’année scolaire 2020-2021 a été clôturée en août dernier au camp de Nduta en Tanzanie. Depuis,   les  lauréats de la classe de 9ème  année et ceux des classes terminales   ont entamé  les cours de renforcement pour  se préparer aux examens dispensés par la  commission tanzanienne de passation des examens, NECTA. Mais, plus la date de passation de ces examens tardaient à se préciser plus le nombre des élèves qui  abandonnaient ces cours augmentait. Aujourd’hui ces cours ne sont  suivis que  par moins d’une dizaine. 

Préoccupé  par cette situation,  la coordination de l’enseignement au camp de Nduta s’est réunie ce lundi matin  pour tenter d’apporter quelques solutions comme  le raconte une de nos sources qui avait pris part à cette réunion. « On  vient de décider de faire revenir les élèves pour le renforcement. Mais, il a été aussi décidé que l’on recrute d’autres enseignants qui devront s’en charger. Il s’est avéré que même les enseignants n’étaient pas disponibles comme il faut parce qu’en plus de ces encadrements, ils devaient normalement suivre leurs élèves dans les classes. Alors, ils se sont convenus qu’ils vont recruter de nouveaux enseignants qui devraient assurer ces encadrements pendant 2 mois en attendant peut-être que le NECTA  arrive. Voilà les grandes décisions qui ont été arrêtées ».

De leur côté, les parents voient dans cet état de chose une  arme que le gouvernement tanzanien voudrait utiliser pour les forcer à rentrer. « On ne peut pas  ne pas avoir peur vue la série de mesures qui sont  en train d’être adoptées. Interdire  l’élevage et les appels au rapatriement. Tous ces signes suffisent pour  conclure  que l’étau se reserre  autour de  nous et  constater  que le  NECTA n’aura pas lieu.Ca peut aussi être une arme  pour contraindre les réfugiés à rentrer », s’inquiète un des réfugiés.

Depuis la fuite de réfugiés suite au 3ème  mandat de feu président Nkurunziza, l’examen de NECTA attendu pour cette année est la 6ème  édition.

 En 2016,  le gouvernement Nkurunziza avait promis d’envoyer les examens nationaux aux élèves burundais se trouvant dans les camps en Tanzanie mais ne l’a finalement pas fait. Et  dernièrement en  conseil des ministres, le gouvernement d’Evariste Ndayishimiye avait promis de le faire. Là aussi, il n’a pas joint la parole à l’acte.

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 133 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech