A Bujumbura, le prix du matériel scolaire est hors portée de la bourse des citadins

A quelques jours de la rentrée scolaire, les habitants de la ville de Bujumbura s’inquiètent et ont peur de ne pas parvenir à trouver assez d’argent pour l’achat du matériel scolaire. Ces citadins indiquent que les prix des cahiers et des uniformes ont vertigineusement grimpé alors qu’ils sont dans une précarité sans nom.

Les acheteurs et les vendeurs du marché Cotebu sont unanimes pour dire que les prix du matériel scolaire ont grimpé par rapport à l’année dernière. « Une douzaine de cahiers de 100 feuilles s’achète actuellement à 13.000 francs burundais alors que l’année dernière elle s’achetait à 10 500 francs burundais. Celle de 60 feuilles est passée de 5 500 à 7500 francs burundais tandis que la douzaine de cahiers de 36 feuilles coûte  4000 francs alors qu’avant elle se vendait entre 3200 et 3500 francs burundais. Les prix ont vraiment sensiblement grimpé », précise un vendeur.

Ces citadins indiquent qu’ils ne savent pas comment ils vont se procurer de ces matériels scolaires indispensables pour leurs enfants compte tenu de la situation d’extrême pauvreté dans laquelle ils se trouvent. « Certaines familles ne voient pas comment ils vont s’en sortir car même  les prix des livres pour élève et ceux des cartables ont été revus à la hausse. Si nous demandons le pourquoi de cette hausse des prix, on nous explique que cela est dû au manque de devises et à la dévaluation de la monnaie burundaise. Avec notre situation financière, on ne voit pas comment nous allons envoyer nos enfants à l’école », se lamente un parent.

Les vendeurs du matériel scolaire constatent d’ores et déjà cette pauvreté qui gangrène la population car, à deux semaines seulement de la rentrée scolaire, l’affluence des demandeurs de ces matériels a sensiblement chutée.