Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

Plus de 5 ans sous les verrous après l’obtention de la grâce

4 membres du parti MSD sont toujours incarcérés alors qu’ils ont bénéficié de la grâce présidentielle depuis plus de 5 ans. Les défenseurs des droits de l’homme ainsi que leurs familles plaident pour leur libération. Etant donné qu’aucune infraction ne pèse sur eux,  ils demandent au Président Evariste Ndayishimiye et au ministre de la justice de les libérer dans les meilleurs délais.

 « Nous sommes très attristés de voir nos enfants incarcérés. Ils avaient bénéficié de la grâce présidentielle, leur accordée par feu le Président Pierre Nkurunziza en 2017. Mais, ils se trouvent toujours en détention », s’indigne avec une voix pleine de chagrin un des parentés des 4 membres du parti MSD qui croupissent encore dans  les  différentes maisons carcérales du pays.

Les 4 militants du parti MSD sont, en effet, Jean de Dieu Bigirimana qui est détenu dans la prison de Ngozi, Clément Hatungimana incarcéré dans la prison centrale de Mpimba, Gérard Nahimana en détention dans la prison de Rumonge ainsi que Daniel Rugonumugabo détenu dans la prison de Gitega.

Tous ont été arrêtés le 08 mars 2014 à la permanence nationale du parti MSD qui était située dans le quartier Kinanira de la zone Musaga, en Mairie de Bujumbura. Au cours de cette arrestation, 63 membres du parti MSD ont été arrêtés, puis incarcérés.

Mais ce qui a étonné plus d’un, c’est qu’après plus de 2 ans de détention, le président de cette époque, feu Pierre Nkurunziza, leur avait accordé une grâce présidentielle en janvier 2017, mais seulement 59 détenus membres du parti MSD ont été relâchés, tout en gardant en geôles les 4 détenus.

Ainsi, pour l’Association des Chrétiens pour l’Abolition de la Torture au Burundi, ACAT-Burundi en sigle, les 5 détenus membres du MSD sont « en état de détention qui n’a aucune justification, dans la mesure où cette grâce présidentielle concernait toutes les personnes  poursuivies dans le dossier relatif aux membres du parti MSD arrêtés le 08 mars 2014 ».

Malgré le discours que la ministre de justice de cette époque, Laurentine Kanyana, a prononcé le 23 janvier 2017 lors de la mise en œuvre de cette grâce présidentielle à la prison centrale de Mpimba, en affirmant que leur dossier est clôturé, les 4 détenus croupissent jusqu’aujourd’hui dans les quatre prisons déjà citées en haut.

De ce fait, « le maintien en détention de ces personnes prouve à suffisance que la justice équitable pour tous, vantée par le pouvoir de Gitega, est loin d’être une réalité sur terrain », martèle Maître Jean-Claude Ntiburumusi, qui est chargé du département juridique au sein de l’ACAT-Burundi.

Ainsi, l’organisation ACAT-Burundi ainsi que les familles de ces détenus membres du parti MSD demandent avec insistance au Président Ndayishimiye et à la ministre de la justice actuelle de libérer sans tarder ces quatre personnes détenues en violation flagrante de la loi.

Faire un don

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 304 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech