Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

Persistance de la carence des vivres dans différentes prisons du pays.

Les prisonniers  de Mpimba viennent de passer  près de deux  semaines  sans être approvisionnés en haricots et la farine qu’ils reçoivent est en quantité insuffisante. Pour le moment, certains prisonniers sont agonisants  du moins selon des sources de la RPA au sein de cet établissement pénitentiaire. La situation est presque pareille dans les autres prisons du pays.

L’approvisionnement en vivres dans les différentes  prisons du pays continue à devenir difficile. Ce qui aggrave les conditions de vie des prisonniers. Les sources de la RPA au sein de la prison centrale de Mpimba indiquent que ça fait près de deux semaines qu’il n’y a pas de haricot. La farine est distribuée deux fois par semaine où chaque prisonnier reçoit  deux gobelets de farine avec lesquels il doit se débrouiller pendant  tout une semaine. Certains prisonniers sont agonisants suite à ce  manque de la  ration selon toujours les mêmes sources.

Entretemps, les responsables de cet établissement pénitentiaire continuent à tranquilliser ces prisonniers arguant que ce manque de vivres pourrait être résolu d’un moment à l’autre.

A la prison centrale de Ngozi, l’on a distribué la farine pour 9 jours seulement depuis de début  de ce mois de juillet. Pour le moment, les stocks sont vides aussi bien pour le haricot que pour la farine.

A la prison centrale de Muramvya, le haricot est inexistant depuis une semaine. Nos sources font savoir que  les prisonniers ont bénéficié d’une quantité de farine qui couvre 11jours  au cours de ce mois.

Le même phénomène  se fait remarquer aussi à la prison centrale de Rumonge. Les informations en provenance de cette prison indiquent que le haricot et la farine sont distribués alternativement depuis plus de deux mois.

Cette carence généralisée de vivres dans les différentes prisons du pays ne fait qu’aggraver  les conditions de vie des prisonniers qui ne cessent  de crier que la quantité de nourriture  reçue, quand bien même si elle est  distribuée  à temps, ne leur permet pas  de joindre les deux bouts du mois.

La RPA n’a pas encore pu joindre les responsables de la Direction Générale des Affaires Pénitentiaires pour recueillir leur réaction.

Faire un don

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 152 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech