Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

Le crime de viol sur des mineures prend de l’ampleur au Burundi

Les mineures, en l’occurrence les enfants en bas âge, sont de plus en plus victimes d’abus sexuels. La RPA a pu répértorier au moins 3 fillettes de différents coins du pays qui ont été violées en moins d’une semaine.

Deux de ces petites filles ont été toutes violées le samedi 26 septembre en commune Vugizo de la province Makamba. La première est âgée de 5 ans et habite la zone Gishiha. Selon nos sources, elle a été violée par un homme de 58 ans. La deuxième fillette est âgée de 6 ans. Originaire de la zone Minga, elle a été abusée sexuellement par un jeune homme de 18 ans.

‘’ Le vieil homme qui a sexuellement abusé la fillette de 5 ans s’appelle Etienne Bigirimana. L’enfant a aussitôt été dépêché à l’hopital de Makamba car elle était dans état critique. Cela s’est ausiis passé dans la zone Mpinga, et plus précisément dans la localité de Kagege. Là-bas, un jeune homme de 18 ans a violé une enfant de 6 ans. Tous les deux violeurs sont incarcérés dans les cachots de la police de Vugizo.’’ Témoigne un habitant de cette localité.

Ce crime a également été signalé en commune Gashikanwa de la province Ngozi. Le directeur du Lycée communal Remera, Sidoine Mizero, qui est aussi vice-président du parti Cndd-Fdd dans cette commune, est accusé d’avoir violé une fille de 14 ans en date du 29 septembre. Ce qui frustre les habitants de la place, c’est que, non seulement il déshonnore son rôle d’éducateur, mais il n’est jamais inquiété alors qu’il ne cesse de récidiver.

‘’ Ce n’est pas la première fois qu’il le fait, mais il n’a pas été appréhendé car on a étouffé cette affaire au sein du parti Cndd-Fdd du fait que ce dernier fait partie des membres influents. Chaque fois il réussit à s’en tirer moyennant paiement des pots-de-vin. Maintenant, il a été attrapé en flagrant déli dans une maison. Il se trouve actuellement à la police judiciaire de Ngozi.’’  

Révoltés, les parents habitant les communes Vugizo et Gashikanwa demandent à la justice de sévir afin de bannir ce phénomène qui ne cesse de prendre de l’ampleur.

Faire un don

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 235 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech