Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

Jeudi noir pour les réfugiés burundais du camp de Nduta.

Un mauvais jeudi pour les réfugiés burundais du  camp de NDUTA en Tanzanie. Ceux qui exercent le petit commerce  ont été dépouillés de leurs marchandises par la police tandis que ceux qui se rendaient  à l’extérieur du camp pour chercher du  bois de chauffage  ont été sérieusement tabassés par les éléments de la même police.

Au  camp de Nduta en Tanzanie,    des réfugiés  organisaient de petits points de vente à l’intérieur  de leurs villages et surtout chacun devant sa maison ce jeudi vers 17 heures. Aussitôt, des  policiers sont venus et ont confisqués  les biens de ces burundais. Ils visaient surtout de l’argent comme le témoigne ce réfugié. « Des réfugiés  faisaient du petit commerce. Ils ont érigé de petits points  de  vente. Ils avaient  tous  de petits articles. Des policiers sont alors venus se  comportant  en voleurs .Ils visaient de  l’argent. C’était du vol tout simplement.  Vraiment,  ça nous a choqués. Se  faire voler  en pleine journée dans un pays sensé être  un pays de lois. C’est regrettable ».

Au  cours de la journée,  des  Burundais partis à l’extérieur du camp à la recherche du bois de chauffage avaient été victimes des mêmes éléments en uniformes. Hommes, femmes et enfants ont été  sérieusement tabassés. Un comportement qui n’est pas nouveau  selon ces réfugiés. « A l’extérieur du camp,  c’est devenus une habitude. Des réfugiés se font battre, se font violées et se font même tués. La police de l’immigration, la police du camp et  mêmes les jeunes miliciens tanzaniens  dit s WANAMGAMBO  maltraitent tous de réfugiés burundais. Ils les tuent mêmes. Ils les chassent par des  arcs  et des flèches, les  blessent  à l’aide des machettes. C’est très malheureux ».

Le camp de Nduta se trouve à l’intérieur des arbres.  Mais, les réfugiés n’ont pas droit à un arbre même s’il tombait de lui-même. Les réfugiés doit parcourir des kilomètres pour se  procurer en bois de chauffage. Aujourd’hui,  ce camp héberge près de 70 milles réfugiés burundais.

Faire un don

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 583 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech