Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

Human Right Watch exhorte l’UE à agir pour que le mandat de la Commission d’enquête de l’ONU sur le Burundi soit renouvelé

Human Right Watch estime qu’il est prématuré de mettre fin à la commission d’enquête de l’ONU sur le Burundi. Dans un communiqué sorti ce jeudi 03 Septembre, HRW explique que cette commission constitue le seul mécanisme indépendant doté suffisamment de ressources et d’expérience pour documenter, surveiller et informer sur les violations des droits humains au Burundi.

Selon le communiqué de HRW, les États membres de l’Union Européenne devraient soutenir le renouvellement du mandat de la commission d’enquête internationale sur le Burundi. HRW recommande aussi à l’UE de proposer des mesures spécifiques que le Burundi devrait prendre afin de faciliter un rapprochement espéré depuis longtemps avec la communauté internationale

Dans ce communiqué, HRW indique que l’élection d’un nouveau président au Burundi a suscité l’espoir, parmi les partenaires internationaux, et qu’un sombre chapitre de l’histoire de ce pays serait peut-être enfin clos.

Cependant, HRW souligne que malgré l’existence de certains signes prometteurs, mais sporadiques, de fortes préoccupations demeurent.

En effet, souligne cette ONG internationale, depuis son élection, le président Evariste Ndayishimiye a fait des commentaires méprisants à l’endroit des défenseurs des droits humains, des lanceurs d’alerte et des dissidents politiques. Des incidents violents liés à des questions sécuritaires continuent d’être rapportés par les médias locaux, qui ne sont toujours pas en mesure de faire leur travail librement et de manière indépendante. En outre, poursuit le même communiqué, la tristement célèbre ligue des jeunes du parti au pouvoir, les Imbonerakure, n’est toujours pas été maîtrisée.

Pour HRW, ce n’est pas le moment de relâcher la surveillance. À ce jour, HRW affirme que la commission est la seule habilitée à identifier les auteurs de ces violations et de mettre fin à l’impunité dont ils bénéficient. Pour HRW, ne pas renouveler le mandat de la Commission enverrait au gouvernement le message que sa stratégie consistant à faire obstruction aux organes indépendants qui enquêtent sur les abus fonctionne. La Commission devrait donc poursuivre son travail Jusqu’à ce que le président Ndayishimiye prouve qu’il est prêt à traduire ses promesses en actes.

Le mandat de la commission d’enquête internationale sur le Burundi se termine au courant de ce mois de septembre.

Faire un don

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 316 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech