Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

Faute d’être dépouiller de ses biens, un militaire se fait tabasser par des policiers à Rugombo.

Un militaire burundais a été passé à tabac ce mercredi par un groupe de policiers de la commune Rugombo en province Cibitoke. Ces policiers  voulaient lui dépouiller de ses biens. Ce militaire a été secouru par les habitants de cette localité  après une échauffourée.

L’après-midi de ce mercredi, un groupe de policiers sous les ordres d’un prénommé Désiré alias Decorps  avaient arrêté un militaire l’accusant de vol.

Les habitants de la localité indiquent que des accrochages entre les agents de la police et la population s’en sont alors suivis. Cet habitant témoigne. « Ce militaire avait passé la journée à s’approvisionner. Il avait acheté du riz et s’était rendu à l’extérieur du marché vers 19 heures pour s’étancher la soif. Les policiers l’ont par la suite arrêté arguant qu’il était un voleur et il a résisté. Quand la population a su qu’il était militaire, elle est accourue à son secours et a plaidé en sa faveur. Les policiers ont continué à le frapper avec leurs fusils pour le faire entrer dans les cachots  du marché ».

La population révèle que ce groupe de policiers avait plutôt l’ambition de voler de l’argent que possédait ce militaire car,  ce dernier  leur avait même  montré ses papiers d’identité. « Le militaire avait ses papiers sur lui. Ce qui nous a étonné c’est que la police voulait l’incarcéré sans même lui demander ses papiers. Ils ne l’ont fait que quand la population est intervenue et s’est interposée. Il y a eu alors une grande contestation. Il est évident que ces policiers voulaient malmener le militaire pour lui dérober l’argent qu’il avait sur lui. Ils voulaient lui prendre sa sacoche et il n’a pas voulu céder », ajoute notre source.

Les informations sur place précisent que ces policiers ont par la suite libéré ce militaire vers 21 heures.

La rédaction n’a pas pu joindre le commissaire de police en commune Rugombo pour qu’il donne sa version des faits.

Faire un don

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 272 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech