Des membres du parti Cndd- Fdd complices des disparitions forcées

 Les membres du parti CNDD-FDD sont complices des agents du service national des renseignements dans les cas de disparitions forcées enregistrés au Burundi. Le cas d’un certain Bonfils Migabo sans trace depuis le 6 août dernier alors qu’il répondait à un rendez-vous d’une personne porteur de son message est très illustratif.

 « S’il est encore en vie, qu’ils nous montrent son lieu de détention. Et si il a commis une infraction, nous demandons qu’il soit traduit devant la justice afin qu’il soit jugé conformément à la loi ». Ces propos sont ceux d’un membre de la famille de Bonfils Migabo. Il interpellait les autorités du pays et la commission nationale indépendante des droits de l’homme de leur aider à retrouver le leur. C’était sur les ondes de la RPA en date du 27 août dernier.

Bonfils Migabo qui fut un détenu à la prison centrale de Mpimba a été enlevé au moment il venait de passer quelques mois en liberté après la récente grâce présidentielle. La personne qui demandait l’aide aux autorités et à la CNIDH a déclaré que le jour de son enlèvement, Bonfils Migabo était parti à un rendez-vous qu’il avait avec une personne. « Migabo a reçu un coup de téléphone d’un détenu de la prison centrale de Mpimba du nom de Ferdinand Ngendabanyikwa. C’était son ami de longue date. Il lui parlait d’une personne qui allait l’aider à sortir de la prison moyennant bien sûr de l’argent. Migabo jouait donc l’intermédiaire car c’était lui qui allait lui emmener cet argent. Il était en contact avec un colonel. Jeudi le 05 août, il a reçu un appel d’un agent de transmission de ce colonel. Il lui a demandé 500 mille francs burundais pour le traitement du dossier de ce détenu pour qu’il soit relâché. Il est parti vendredi le 06 et n’est plus revenu », a – t- elle indiqué.

Selon les enquêtes menées par la RPA, certaines sources ont révélé que la disparition forcée de Bonfils Migabo a été opérée par l’intermédiaire de son ancien co- détenu qui a collaboré avec un membre du parti au pouvoir. Ce dernier a menti sur son identité à Bonfils Migabo et s’est fait passer  pour un agent de transmission d’un officier de l’armée burundaise. Nos sources révèlent que cette personne est le nommé Bélier Nteziryayo, membre du parti CNDD-FDD et travailleur à la permanence nationale de ce parti. Ce dernier est également accusé par nos sources d’avoir menti à d’autres personnes qui ont fini par être enlevées par des agents des services secrets. Le numéro de téléphone utilisé par ce prétendu agent de transmission d’un officier de l’armée burundaise est le 68765441 et habite au quartier Kajiji de la zone Kanyosha en Mairie de Bujumbura, affirment toujours nos sources.

La rédaction de la RPA a téléphoné Bélier Nteziryayo pour entendre sa réaction sur les accusations portées contre lui mais il n’a pas répondu à l’appel.