Génocide au Burundi par Pierre Nkurunziza #StopThisMovie

Les écoles à régime d’internat à court de provisions, elles réclament de l’Etat l’augmentation des subsides

lundi, 13 novembre 2017 08:22
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Les écoles à régime d’internat  s’endettent davantage auprès de leurs fournisseurs de vivres et craignent aussi le pire dans les jours à venir. Les responsables de ses écoles ainsi que  les parents d’élèves jettent le sort au Ministère de l'éducation, de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique qui n'a pas revu à la hausse les subsides destinés à la restauration des élèves internes. Un reproche fondé sur le fait que ce ministère avait pourtant revu à la hausse les frais du minerva

 

Lorsque le ministère de l'Education, de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique a déclaré la hausse du minerval, tant pour les élèves internes que pour les élèves externes, c’était quelques jours avant la rentrée scolaire de ce premier trimestre.  Les parents et les directeurs des écoles à régime d'internat avaient cru que ce ministère allait aussi revoir à la hausse les subsides destinés à la restauration des élèves internes. Ce qui n'a pas été le cas.

 

‘’Quand le ministère de tutelle a pris  la mesure qui revoyait à la hausse le minerval, nous croyions que d’autres mesures du domaine de l’éducation allaient aussi être prises. Par exemple, on pensait que nos enfants de l’internat allaient mieux manger plus qu’avant. Au contraire, et à notre surprise, au lieu que la restauration soit améliorée, il y a un problème de repas à l’internat. Le ministère n’a pas pensé à majorer le repas des élèves’’, se plaint un parent d’un élève de l’internat.

 

Selon une source au près d’une école à régime d’internat, les subsides sont restés à l'ordre de 800 francs par jour et par élève. Pourtant, certaines opinions faisaient savoir que ces subsides allaient passer de 800 francs à 1.200 ou 1.500 francs par jour et par élève ; après la revue à la hausse du minéral des élèves. Une hausse qui a fait passer le minerval de 3.000 francs à 7.000 francs pour les élèves externes par trimestre, et de 8.000 francs à 15.000F, pour les élèves internes.

 

Les directeurs des écoles à régime d'internat contactés précisent que le fait de maintenir les 800 francs enfoncera davantage les écoles dans des dettes perpétuelles envers leurs fournisseurs de vivres.

 

‘’Cette somme est très minime et insuffisante par rapport aux prix élevés des denrées alimentaires sur le marché et surtout que même le bois de chauffage est acheté à partir de cette somme. Pour le moment, bon nombre d'écoles du pays ont déjà supprimé le petit déjeuner pour les élèves internes, faute de moyen’’, explique un responsable d’école à régime d’internat.

 

Ainsi donc, les parents et les élèves internes demandent à l'État de revoir à la hausse ces subsides, et de cette manière éviter les maladies carentielles éventuelles dans des écoles à régime d'internat. Les directeurs des écoles à régime d'internat eux aussi formulent une telle demande, pour mettre fin à l'endettement permanent de leurs écoles envers les fournisseurs, et  ainsi améliorer en même temps  la qualité et la quantité de nourriture des élèves internes. 

Lu 137 fois

Page Facebook

Compteur

© 2009-2015 by GPIUTMD

Twitter

Qui est en ligne?

Nous avons 177 invités et aucun membre en ligne