Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

Deux organisations onusiennes jettent l’éponge quant au sort des réfugiés burundais de Lusenda

Le Haut-Commissariat pour les Réfugiés décline toute responsabilité sur la situation des réfugiés burundais vivant au camp de Lusenda en République Démocratie de Congo qui viennent de passer plus de 5 mois sans bénéficier d’une quelconque assistance alimentaire. Dans une interview accordée à la RPA, la responsable du bureau du HCR à Goma a indiqué que le retard de distribution des vivres est imputable au Programme Alimentaire Mondiale.

La dernière distribution en vivres aux réfugiés burundais du camp de Lusenda date du 19 Avril. Depuis, aucune autre assistance ne leur a été donnée. Affamés, certains de ces burundais ont même tenté de regagner leur pays natal par crainte de mourir de faim.

Pourtant, ces réfugiés burundais ont sollicité à maintes reprises l’appui du HCR qui n’a fait que reporté jusqu’à présent trois fois la distribution des vivres. Dans un entretien exclusif accordé à la RPA, Jacky Keegan, cheffe du sous-bureau du HCR à Goma, est allé jusqu’à décliner toute responsabilité sur cette situation.

‘’ Si vous avez des questions à propos des vivres, vous devez vous adresser au PAM. C’est une question de capacité et le HCR ne reçoit pas se financement pour donner des vivres à 50.000 refugies. Le PAM a également besoin des fonds pour pouvoir offrir cette assistance en vivres. ‘’

Sur la question de savoir ce que le HCR envisage de faire pour éviter que ces réfugiés ne meurent de faim, Jacky Keegan a répondu en ces termes: ‘’ Il y a des programmes pour des personnes qui sont mal nourries et pour des personnes ayant des besoins spécifiques. Il y a toujours des vivres supplémentaires pour des personnes qui en ont besoin. S’il y a quelqu’un qui est mal nourri, il peut aller au centre de santé. ‘’

Les représentants du Programme Alimentaire Mondiale PAM en RDC confirment qu’ils ont un retard de plus de 5 mois dans la distribution des vivres, des vivres dont les bénéficiaires sont estimés à environ 40.000. Véronique Sainte Luce chargé du département de partenariat et de la communication au sein du PAM avait révélé à la RPA que ce retard est dû au changement de plan de distribution qui n’est pas encore mis en exécution. Un changement qui consiste à envoyer de l’argent par téléphone plutôt que de leur donner des vivres. L’entreprise VODACOM qui avait reçu le marché de distribuer des téléphones aux réfugiés affirme qu’elle n’a pas encore pu honorer ce marché. Jusqu’à présent, le PAM n’a pas encore précisé à quand est prévue la prochaine distribution des vivres dans ce camp de réfugiés burundais.

Faire un don

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 198 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech