Le sommet des Chefs d’Etat de l’EAC reporté sine die ce mercredi

Le sommet extraordinaire des Chefs d’Etat de la communauté est-africaine qui était prévue ce mercredi a été reporté sine die sur demande du Sud-Soudan. Entretemps, le Burundi a fait un rétropédalage dans ses mesures de fermer ses frontières avec le Rwanda et la R. D. Congo qui figuraient parmi les points à

l’agenda de ce sommet.

Le sommet a été reporté à une date inconnue sur demande du Soudan du Sud comme indiqué dans une lettre du ministère rwandais des affaires étrangères et de la coopération internationale.

 

Initialement prévu pour ce mercredi à 11 heures, heure de Kigali et Bujumbura soit 12 heures pour les autres pays membres, ce sommet avait été convoqué par le président Paul Kagame qui assure la présidence en exercice de la communauté.

 

Un seul point était à l’ordre du jour à savoir la lutte contre la propagation du Covid-19. Une occasion pour ces Chefs d’Etat d’analyser la mise en application des décisions de la dernière conférence des ministres de la santé des pays membres qui avaient recommandé notamment la libre circulation des marchandises et des médicaments durant cette période de confinement et de fermeture des frontières dans tous les pays de la communauté.

 

D’entrée de jeux, cette décision n’a toutefois pas était respectée par certains pays. Début de ce mois, le Burundi a bloqué des camions en provenance du Rwanda sur sa frontière avec le Rwanda tandis que le Rwanda en a empêchés de traverser son territoire en provenance de l’Ouganda et du Kenya pour se rendre au Burundi.

 

Une situation qui, selon nos sources, a poussé les Chefs d’Etat de la communauté à tenir ce sommet extraordinaire.

 

A ce propos justement, le gouvernement burundais a fait un retropédalage dans une note verbale du ministère des affaires étrangères. A dater de ce mercredi, les frontières avec le Rwanda et la RDC ont été uniquement rouvertes aux camions et véhicules transportant des marchandises et leurs mouvements ne feront plus objet d’escorte policière sur le territoire burundais.

 

Enfin, un autre point devrait également retenir l’attention des Chefs d’Etat notamment celui d’un pays qui prend à la légère la pandémie de Covid-19 que notre source n’a pas voulu nommer.