Quand le Cndd-Fdd contraint le citoyen lambda à lui payer son festin

Les habitants de certains quartiers de la mairie de Bujumbura crient à la persécution faite par les membres du parti Cndd-Fdd à leur égard. Et pour cause, ce parti présidentiel serait en train de les intimider et de les forcer à contribuer pour les festivités de clôture de la semaine dédiée aux combattants.

Dans certains quartiers comme Kamenge, Gihosha et Kinama, la collecte de ces contributions est faite par les chefs des cellules au sein du parti Cndd-Fdd. Ces derniers exigent à tout le monde de contribuer pour financer la célébration de la clôture de la semaine dédiée aux anciens combattants de ce parti.

Ceux qui sont visés par ces responsables locaux du parti au pouvoir sont ceux qui exercent des petits commerces, les fonctionnaires ainsi que les employés du secteur privé. ‘’ Dans le quartier Ruyigi situé en zone Kinama, c’est le chef de quartier prénommé Michel qui coordonne cette collecte. Il se fait aider par les Imbonerakure de la place. Un certain Claude, responsable du marché de Kinama fait lui aussi partie de cette équipe. Ils passent dans chaque restaurant ou Kiosque en demandant une contribution de 5000 francs burundais.’’ Précise un habitant de la place.

Ces responsables locaux du parti au pouvoir ne distinguent pas les membres du Cndd-Fdd de ceux qui ne le sont pas. Ils se munissent de plusieurs feuilles portant l'emblème du parti au pouvoir sur lesquelles ils mentionnent les noms des contributeurs mais ne délivrent pas de reçus en retour. Et, révèlent nos sources, ceux qui s’opposent à cette contribution sont menacées d’être chasséées du quartier.

Révoltés, ceux qui ne sont pas membres du parti de l'aigle demandent plutôt que ces contributions soient exigées à ceux qui sont concernés par ces festivités.

A ce propos, la rédaction de la RPA a essayé de joindre Nancy Ninette Mutoni, porte-parole du parti Cndd-Fdd, mais son téléphone sonnait sans que personne ne décroche.