Intensification de tortures et menaces à l’endroit des membres du parti CNL à Rutongo

En plus des bastonnades, les Imbonerakure s’adonnent aujourd’hui au pillage des biens des CNL de la zone Rutongo en province Rumonge. Un comportement qui, selon les habitants de la place, risque de créer le chaos.

Les habitants des différentes collines de la zone Rutongo indiquent que ce qu’ils sont en train de subir de la part des Imbonerakure dépasse tout entendement. Selon ces habitants, le fait d’être un membre du parti CNL dans cette zone les prive de tous les droits. Au contraire, ils sont menacés. « Ce qui est en train d’arriver aux membres du parti CNL est regrettable. Un membre du CNL n’a pas le droit de fréquenter un bar. Une fois au bar, nous sommes battus sévèrement. Nous n’avons pas le droit d’entrer dans une boutique. Ils nous disent que nous n’avons aucun droit. Ils nous volent notre bétail pendant la nuit. Les collines fortement touchées sont Kanzaganya, Higiro et Biyobera. Même les kiosques des membres du parti CNL sont pillés au grand jour », se plaint un membre du parti CNL.    

De plus, ces Imbonerakure n’hésitent pas à endommager les champs des membres du parti CNL et à voler tout ce qui s’y trouve. Ces habitants demandent que ces pratiques s’arrêtent avant qu’il y ait des débordements. « Les champs de haricots des membres du parti CNL sont déracinés. Même chose pour les bananiers, les maniocs et les autres cultures. Nous demandons que le gouvernement intervienne car les champs n’appartiennent pas à un parti politique. Leur destruction ne fait qu’entrainer la famine dans le pays. Bientôt ces agissements pourraient être à la base des tueries », prévient un membre du parti CNL.

A ce propos, la rédaction a essayé de joindre par téléphone Juvénal Bigirimana, gouverneur de la province Rumonge et il n’a pas décroché son téléphone. De sa part, Célestin Nitanga, administrateur de la commune Rumonge, a répondu qu’il est malade.