Racket ou réels projets de dévelopement? Les habitants de Gitobe s'interrogent

Grognes chez la population de la commune Gitobe en province Kirundo suite à une contribution forcée à hauteur de 2 mille francs par ménage. Une contribution soi-disant pour des fins de développement communal. Cette population déplore le fait qu’aucun indice de développement n’a été enregistré alors qu’elle ne cesse de débourser cet argent.

Ces lamentations de la population de la province Kirundo, en particulier celle de la commune Gitobe, sont en rapport avec des contributions forcées qui lui sont exigées sans préciser à quoi elles vont servir. Cette population pense qu’il s’agit d’un vol organisé alors qu’elle fait face à une pauvreté grandissante. ‘’ Depuis quelques jours, des administratifs à la base font du porte à porte pour demander de l’argent. Ils exigent un montant de 2000 francs burundais par ménage. Ils nous expliquent que c’est pour le développement communal. Ce qui est étonnant, c’est que ce genre de contribution est collecté chaque année alors que l’on ne voit pas vraiment à quoi elles servent. Nous trouvons que c’est juste une façon de nous extorquer de l’argent.’’ Témoigne cet habitant de la commune Gitobe qui s’est entretenu avec la RPA.

Là où le bât blesse, révèle notre source, c’est que toute personne qui ne s’acquitte pas de cette contribution se voit dépourvu d’un objet de valeur quitte à le récupérer après payement de la contribution. ‘’ Ce qui nous dérange le plus, c’est qu’ils viennent percevoir cet argent en pleine période de semis, donc au moment où nous sommes le plus fauché. Et lorsque tu n’as pas cet argent, ces gens te prennent quelque chose comme une houe ou une chèvre pour te forcer à payer cet argent.’’ S’indigne un autre habitant de la place.

La population de Gitobe demande aux autorités de ne plus exiger ces contributions surtout qu’elle n’en voit jamais les fruits. ‘’ Une fois l’argent payé, ils te donnent un reçu mais nous ignorons où va cet argent. Nous voulons que ces administratifs nous expliquent clairement le genre de développement communal dont il s’agit car ce n’est pas la première fois que nous donnons de telles contributions. Une somme de 2000 francs burundais par ménage dans toute la commune ce n’est pas un petit montant.’’

Selon des informations recueillies auprès des administratifs de la commune Gitobe, ces contributions exigées serviront dans la réhabilitation de la route Gitobe-Gasura pour le moment endommagé. Quant à la confiscation des objets de valeur de la population en cas de non-paiement de la contribution, ces administratifs précisent qu’il s’agit d’une violation des droits de la population et qu’ils vont en débattre pour voir comment y mettre fin.