Les petits commerçants de Gitega boudent la vente du savon dit « Bleu »

Les marchands de Gitega se méfient du commerce du savon dit « bleu » depuis la mise en garde du gouvernement contre tous ceux qui le vendront à un prix supérieur à celui fixé par Gitega. Cette méfiance est consécutive à un bénéfice dérisoire que ce savon génère.

Les petits commerçants de Gitega ne sont plus intéressés de la vente du savon dit « bleu ». Certains d’entre eux indiquent même qu’ils vont interrompre ce commerce. En vendant ce savon à 150 francs burundais la pièce, ils enregistrent un bénéfice de 200 francs burundais par carton de 48 savons. Un bénéfice que ces commerçants jugent insignifiant. Ils préfèrent plutôt s’approvisionnement en d’autres types de savons.

Ce sentiment de désintéressement s’observe depuis la décision prise par le gouvernement du Burundi de ne plus vendre ce savon à plus de 150 francs burundais à défaut de quoi tout contrevenant à la décision s’expose aux sanctions.

Avant cette décision, les petits commerçants vendaient le même savon à 200 francs burundais la pièce et son commerce était plus prometteur car pour un carton de 48 savons ils gagnaient une somme de 2800 francs burundais.

Face à cette situation, les habitants de Gitega exhortent le gouvernement à mettre sur pied un cadre de dialogue entre Savonor, les commerçants et lui-même afin que les mesures prises dans le but de la prévention du Coronavirus puissent être effectives.