Les habitants de Rugombo sont sous contrainte de payer des contributions.

Les habitants de la commune Rugombo en province Cibitoke s’insurgent contre les menaces qu’ils subissent pour les contraindre à payer  la contribution de développement communal. Ceux qui n’ont pas encore donné la somme ne peut faire aucune activité à tel point que les administratifs leur interdisent même de puiser de l’eau.

Depuis ce lundi, les habitants de la commune Rugombo sont contraints de contribuer à hauteur de 2000 francs burundais par maison. Une contribution dite de développement communal. Un communiqué de l’administrateur de cette commune appelant la population de Rugombo à contribuer est passé dans les églises ce dimanche.

Selon les informations que nous détenons des habitants de Buhinyuza, la vie devient difficile pour celui qui n’a pas encore contribué. « Vue comment cet argent est en train d’être collecté, les administratifs à la base qui effectue ce travail exige un reçu de paiement pour accéder au robinet public ou à tout autre chose dont tu as besoin. Donc, celui qui ne paie pas cet argent se voit refusé certains  services, précise une source.

Ces habitants ne comprennent pas pourquoi ils sont appelés à contribuer alors que l’Etat verse aux communes le budget de fonctionnement. « Nous sommes vraiment tourmentés. Nous menons une vie difficile et nous exiger de payer 2000 francs burundais par ménage alors que l’Etat donne un budget de fonctionnement aux communes n’est pas compréhensible. Nous voudrions demander pourquoi c’est la population qui est pauvre qui doit aider l’Etat au lieu du contraire », s’interroge notre source.

Dans le budget général de l’Etat, le gouvernement prévoit un budget annuel de fonctionnement des communes qui s’élève à 500millions par commune.

Contacté à ce propos, Gilbert MANIRAKIZA, administrateur de la commune Rugombo, n’a pas voulu s’exprimer