Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

Le commissaire provincial à Ruyigi exige des pots de vin à ses policiers.

Certains policiers qui œuvrent en province de Ruyigi dénoncent le favoritisme et les pots-de- vin qui conditionnent le déploiement des éléments de la police au camp de réfugiés congolais situé à Bwagiriza en Commune Butezi de la province Ruyigi.  Une pratique motivée par la prime d’encouragement que le HCR donne aux policiers qui assurent la sécurité dans ledit camp. 

Les policiers de la province de Ruyigi dénoncent le deux poids deux mesures du commissaire provincial dans la prise de décision concernant l’envoi des policiers qui sécurisent le camp des réfugiés congolais situés dans la zone Bwagiriza en commune Butezi de la province de Ruyigi.  Pour envoyer un policier dans ce dit camp, il doit verser au commissaire au moins de 100 milles francs  comme pot de vin comme l’indique ce policier. « Il  y a un camp des refugiés  Banyamulenge et des Congolais situé à  Bwagiriza. Il y une position des policiers. Notre problème, nous les policiers, est que le commissaire ne peut t’envoyer à cette position sans que tu lui donnes une somme de cent mille francs. Il envoie souvent leurs agents de transmission ».

En plus de ces sommes lui versées par des policiers en premier lieu, le commissaire provincial leur exige également de lui donner chaque mois une somme de 30 milles francs. « S’il arrive que tu vas travailler à cette position, tu dois lui donnait une somme de trente milles franc chaque mois en plus des cent mille francs.  Nous avons cherché le moyen de dénoncer cela. Mais si tu oses le faire, tu es directement révoquer », ajoute notre source.

Les policiers de Ruyigi indiquent que le HCR fixe une prime de 150 milles francs burundais à tout policier affecté au camp des réfugiés congolais de Bwagiriza.

La rédaction de la RPA a tenté de joindre le commissaire provincial de Ruyigi, le prénommé Gentil, pour qu’il réagisse aux accusations des policiers qu’il dirige mais son téléphone sonnait sans que personne ne décroche.

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 90 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech