Des tracts provoquent des suspicions au sein du contingent burundais de l’Amisom

Climat malsain au sein des militaires burundais du 12ème contingent se trouvant en Somalie dans la mission de maintien de la paix. Ce climat est dû à un tract sur lequel figure la liste des noms des militaires ex-fab qui essaieraient d’empoisonner les autres.

Ce tract a été trouvé ce mardi dans le 12ème contingent des militaires burundais se trouvant à Joar en Somalie. Dans ce tract, Nduwimana surnommé Puma, le G7 de cette armée, et d’autres militaires sont accusés de vouloir empoisonner les autres, comme l’indique ce militaire. « Aujourd’hui, on s’est réveillé très tôt le matin et on a trouvé dans différents coins des tracts affichés et éparpillés partout faisant état d’un empoisonnement éventuel qui viserait des militaires ici à Joar à l’Etat-Major du 12ème contingent des militaires burundais. Cette liste contient à peu près 11 personnes. Parmi eux, il y a certains chefs des services notamment le G3 chargé des opérations militaires et toute la liste est composée uniquement par de tutsi ex-Fab ».

 

Ce n’est pas la première fois que pareilles choses arrivent. Elles se produisent souvent durant la période électorale dans l’intention de diviser l’armée sur base ethnique, soulignent ces militaires. « Nous sommes habitués à ces phénomènes. Pendant les élections en général, on est habitué à voir des gens qui fabriquent des histoires genre. Ce sont des opérations louches de certains qui visent à semer la zizanie pour distraire les gens et le commandement ».

 

Pour le moment, les militaires de ce contingent demandent à leurs commandants de trouver l’auteur de ce tract qui sème la division au sein des militaires qui, par ailleurs, partagent le même repas sur les mêmes tables. A ce propos, la rédaction a essayé de joindre Floribert Biyereke, porte-parole de l’armée burundaise mais en vain.