Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

Tous contre le vagabondage sexuel de certains éducateurs pour l’année scolaire 2022- 2023.

Le vagabondage sexuel de certains enseignants doit être le combat de tous les acteurs de l’éducation. L’appel a été lancé par le ministre de l’éducation nationale lors de l’ouverture de la rentrée scolaire, édition 2022- 2023.

Le ministre de l’éducation Nationale demande à tous les acteurs de l’éducation  de combattre avec énergie le phénomène  des éducateurs qui s’emprennent à leurs éduquées  pour des plaisirs  sexuelles. Aux élèves, il leur a  demandé    la retenue et de ne jamais aspirer  aux points  frauduleux. « Nous demandons aux responsables de l’éducation au niveau provincial et communal de collaborer avec les administratifs ainsi que la justice pour sanctionner sévèrement les éducateurs qui trainent dans le vagabondage leurs élèves. Cela permettra d’éradiquer ce phénomène à Kayanza et dans tout le pays.  Aux élèves, nous leur demandons de vous focaliser sur votre avenir car le pays attend beaucoup de vous. Ne perdez pas votre temps et surtout ne cherchez pas à avoir les notes que vous ne méritez pas. Vous devrez respecter les règlements scolaires car les sanctions sont prévues », a lancé François  Havyarimana, ministre de l’éducation nationale.

Cet appel a été lancé ce lundi en province de Kayanza   lors de l’ouverture solennelle de la rentrée scolaire 2022-2023. Une première sortie médiatique d’un tel responsable de haut niveau sur ce phénomène qui gangrène déjà le secteur de l’éducation.

Plusieurs cas de jeunes filles victimes de ce vagabondage sexuel de certains enseignants et directeurs d’écoles ont été signalés au cours de la seule année scolaire 2021- 2022 à travers tout le pays.

Appartenant au même parti au pouvoir, plusieurs bourreaux de ces jeunes filles ont, dans la plupart de cas, bénéficié de la complicité de leurs directeurs communaux ou et provinciaux de l’enseignement pour ne pas être poursuivis en justice.

Egalement, des tentatives de corruption des familles de victimes et des tentatives d’élimination physique des victimes ont été signalées au cours de cette année scolaire 2021- 2022.

 

Rentrée scolaire perturbée ce lundi.

La plupart des enseignants n’ont pas pris en considération les retards des élèves dans la ville de Bujumbura pour ce premier jour de classe de l’année scolaire 2022-2023. A cause de la carence des bus de transport et celle du carburant, certains élèves se sont rendus à l’école à pied.

Dans la plupart des établissements scolaires de la capitale économique, les cours ont démarré après 8 heures du matin.

A l’école fondamentale Musaga II,  il s’est observé dans la matinée des discussions liées aux contributions pour les constructions que certains parents n’ont pas payées au cours de l’année dernière. Certains parents qui ne sont pas encore prêts à s’acquitter de ces contributions nous ont signalé qu’ils ont décidé de retourner chez eux avec leurs enfants parce qu’ils n’arrivaient pas à convaincre les responsables de l’école.

D’autres parents indiquent que les prix des cahiers ont sensiblement grimpé. L’un d’entre eux nous a précisé qu’il avait acheté une douzaine de cahiers de 100 feuilles à 13 mille francs l’année dernière mais qu’il l’a actuellement achetée à 19500 francs. Le prix de l’uniforme a été également revu à la hausse. Au lycée du lac Tanganyika, l’uniforme qui coûtait 23 mille l’année dernière coûte aujourd’hui 26 mille francs pour les filles et 27 mille francs pour les garçons. Les élèves qui sont gros pouvant payer jusqu’à 30 mille pour obtenir l’uniforme à cet établissement secondaire.

A certaines écoles, il s’est aussi remarqué des va-et-vient des parents qui cherchaient des places de redoublement pour leurs enfants.

Au niveau de tout le pays, la rentrée scolaire a été perturbée par les élections des notables des collines et des quartiers parce que la plupart de ces élections se déroulaient dans les enceintes des écoles. Dans les communes de Nyamurenza de la province Ngozi et de Giteranyi de la province Muyinga, certains enseignants signalent qu’il n’y a pas eu de classe ce lundi dans la plupart des établissements à cause de la tenue de ces élections.

Faire un don

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 608 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech