Le Directeur du Lycée Technique de Cibitoke accusé d’exiger de l’argent pour les places de redoublants.

Les parents dont des enfants redoublants  au Lycée technique communal Cibitoke s’insurgent contre l’attitude du directeur de cet établissement. Ce dernier leur  exige  des frais d’achat de  bancs pupitres mais ne leur donne pas en contrepartie de  reçu. Ces parents craignent   un détournement de ces fonds et demandent que le directeur arrête cette  pratique.

Alain SINDABIZI est le  directeur de ce  Lycée technique communal de Cibitoke de la province Cibitoke. Les parents qui essayent de trouver des places de redoublement  pour leurs enfants se plaignent. D’après les informations que nous détenons de certains parents, ce directeur exige pour chaque élève qui sollicite une place de redoublement  une somme de 12000 francs burundais  comme  frais d’achat de banc pupitre. Des parents  crient au vol.  « Pour les élèves qui cherchent des places de redoublement, le directeur exige une somme de 12000 francs burundais. On leur signifie que ce sont des frais d’achat de banc pupitre. En principe,  un élève qui redouble de classe sur la même école ne devrait pas payer ces frais.  D’ailleurs,  même ceux qui payent ces frais ne sont enregistrés  nulle part. C’est une somme que nous lui donnons main à main et c’est fini.  Nous nous rendons compte qu’on nous vole tout simplement », indique une source

Ces parents ajoutent qu’ils ne devraient en aucun cas payer cette somme d’autant plus qu’il n’y a pas une loi connu qui l’exige. « Nombreux d’entre eux étudient à cet établissement depuis la 7e année et vous avez entendu qu’en payant ces 12 milles on ne te donne pas de reçu. En un peu de mot,  vous pouvez demander même au sein du ministère de l’éducation, on ne demande jamais à un élève  de s’acheter un banc pupitre ».

La rédaction de la RPA n’a pas encore pu joindre  Alain SINDABIZI, directeur du lycée technique communal de Rugombo,  pour réaction à propos des accusations lancées contre lui.