Rupture de supplémentation nutritionnelle : les porteurs du VIH/SIDA alertent

Quatre mois viennent de s’écouler sans que les personnes vivant avec le VIH/SIDA reçoivent l’aide alimentaire leur destinée. Etant pour la plupart démunis, ces malades demandent aux bienfaiteurs de leur venir en aide avant que leur état sanitaire ne se détériore.

L’aide alimentaire qui était destinée aux personnes vivant avec le VIH/SIDA était constituée de cinq kilos de haricots, cinq kilos de farine de manioc, cinq kilos de farine de maïs ainsi qu’un litre d’huile. Selon elles, le manque de cette aide risque d’avoir un impact sur leur état de santé surtout que plusieurs d’entre elles sont dans la pauvreté : ‘’ Nous, les personnes vivant avec le VHI/SIDA qui avaient été choisies pour recevoir de l’aide alimentaire, avons un problème car nous venons de passer plusieurs mois, depuis le mois d’octobre dernier, sans avoir de nourriture. En plus, nous sommes parmi les personnes qui prennent des antirétroviraux  et  les examens ont prouvé que nous sommes mal nourris.’’ S’inquiètent les bénéficiaires de cette aide.

Etant donné que cette aide alimentaire est indispensable pour la prise des médicaments, ces personnes vivant avec le VIH/SIDA demandent aux bienfaiteurs comme la Croix Rouge et le Programme Alimentaire Mondial de continuer à les soutenir. ‘’ Ça serait inutile pour nous de continuer à prendre ces médicaments qui nécessitent une bonne alimentation, surtout que nous sommes dans la catégorie des personnes qui sont sous alimentées ‘’, ajoute un des nécessiteux.

Au sein de la Croix Rouge, on a fait savoir que le projet d’aide alimentaire aux personnes vivant avec le VIH/SIDA a pris fin l’année dernière. Toutefois, la Croix-Rouge leur demande de patienter pour qu’un autre projet qu’elle est en train de négocier avec le gouvernement burundais soit lancé.