Plus de 60.000 enfants burundais en phase de malnutrition aiguë sévère : l’UNICEF alerte

Le Burundi figure parmi les pays qui ont des taux de retard de croissance des enfants les plus élevés au monde. Selon un rapport de l’Unicef,  plus de la moitié des enfants de moins de 5 ans souffrent de malnutrition chronique.

L’Unicef, dans son rapport publié le 17 novembre, indique qu’au début de l’année 2020, 1.7 00.000 burundais étaient dans le besoin urgent de l’assistance humanitaire. Plus d’un million d’entre eux étaient des enfants, indique le même  rapport. Au cours de cette année,  le rapport de l’Unicef montre que 52.000 enfants burundais ont été admis pour traitement de malnutrition sévère dans les services de stabilisation thérapeutique. Et à l’Unicef d’insister sur la situation nutritionnelle des enfants au Burundi qui reste mauvaise. Et pour cause, indique cette organisation onusienne de défense de droits des enfants dans son rapport, le Burundi a l'un des taux de retard de croissance les plus élevés au monde. De plus, plus de la moitié des enfants de moins de 5 ans souffrent de malnutrition chronique, ajoute le rapport de l’Unicef.

Ce rapport alerte du coup et fait savoir que plus de 63.000 enfants burundais sont dans une phase à risque de malnutrition aiguë sévère. Une situation qui, selon le rapport de l’Unicef, est aggravée par des crises humanitaires récurrentes que connaît le Burundi, notamment des incidences élevées de paludisme, de choléra et de rougeole; les catastrophes naturelles telles que les inondations, les glissements de terrain et la sécheresse; les mouvements de population ainsi que la crise socio-économique qui perdure depuis 2015.

Pour  2021, l'UNICEF projette d’utiliser 27 millions de dollars pour pouvoir répondre aux multiples crises humanitaires qui affectent le Burundi. 5.300.000 US$ , selon le rapport seront utilisés uniquement pour la nutrition.