Paradoxe de Gitega dans la gestion de la covid-19

Le ministère de la santé publique demande aux responsables de différents secteurs de la vie du pays de contribuer dans la lutte contre la covid-19, en imposant notamment à tous les demandeurs de leurs services d’observer les gestes barrières. Et paradoxalement, le gouvernement lève la suspension des karaokés, une mesure qui avait pourtant été prise pour éviter la propagation de cette pandémie.

Dans la correspondance du 12 février 2021, le ministre de la santé publique et de la lutte contre le SIDA, le Docteur Thaddée Ndikumana, demande aux différentes autorités comme le gouverneur de la BRB, le directeur de l’ARCT, de même que le secrétaire général de l’ARCA de contribuer efficacement dans la lutte contre la pandémie de la Covid-19, surtout à travers leurs demandeurs de service.

Dans cette même correspondance, le ministre Thaddée Ndikumana fait savoir que même s’il y a des gestes barrières à la covid-19 prises dans certains endroits, cela doit être fait au sein de ces institutions ci hait-citées puisqu’il s’agit des endroits les plus fréquentés.    

Ces mesures selon le ministre de la santé, sont entre autres la désinfection des poignets des portes, des guichets dans les banques et des guichets automatiques ainsi que la mise en place des dispositifs de lavage des mains.

Mais malheureusement, toutes ces mesures ne durent que le temps de la rosée. Non seulement la mesure du port de masque rendue obligatoire dans les transports en communs n’a pas fait long feu, mais le ministère de l’intérieur et de la sécurité publique vient de frapper très fort en revenant sur sa décision de fermer momentanément les boîtes de nuit et les Karaoké pour éviter la propagation de la Covid-19.

En effet, les Karaoké ont repris ce jeudi 18 février. A l’entrée des certains établissements où se déroulent ces karaokés, l’eau pour le lavage des mains est utilisée par peu de gens. A d’autres endroits, il n’y a même pas d’eau. A l’intérieur, la distanciation entre les clients n’est pas respectée. Des gens se serrent les mains pour se saluer ou encore pour danser comme si de rien n’était.

Interrogés sur le non-respect des mesures de prévention contre la Covid-19, les employés disent qu’ils ont du mal à les faire respecter car ils se font injurier et préfèrent alors laisser les clients à leur aise. Et de leur côté, les employés ne portent plus régulièrement les masques de protection comme ils le faisaient avant. Un comportement irresponsable qui avait d’ailleurs été à l’origine de la suspension de cette activité c’était au début du mois de janvier de cette même année. Curieusement, la raison qui avait amené le gouvernement à agir de la sorte était le nombre croissant des cas positifs à la Covid-19, un nombre qui, depuis, est exponentiel.