Montée inquiétante de cas testés positifs à la covid-19 au Burundi

En une semaine seulement, plus de 240 tests se sont avérés positifs en mairie de Bujumbura. A l’intérieur du pays, les chiffres sont plus alarmants à tel insigne que certains hôpitaux sont débordés. Pourtant, le ministère de la santé publique ne juge pas nécessaire de déclarer quotidiennement les chiffres exacts des personnes atteintes sur toute l’étendue du pays.

La mairie de Bujumbura compte trois principaux centres de dépistage de la Covid-19. Un centre en zone Kanyosha pour la population du sud de la capital économique, un centre à l’hôtel source du Nil pour la population du centre de la capitale et un troisième centre à l’ETS Kamenge pour la population du nord de la ville de Bujumbura. Hormis le centre de la zone Kanyosha dont notre source au sein de l’équipe chargée de faire le dépistage ignore les chiffres, les deux centres restant en comptaient 244 cas jusqu’à vendredi. ‘’ Ça devient de plus en plus grave. Pour uniquement cette semaine du 15 au 22 février, on a enregistré 147 cas positifs au site de l’hôtel source du Nil. Pour le site de l’école technique de Kamenge, on a enregistré 97 cas.’’ S’alarme un des agents sanitaires qui pense par ailleurs que le gouvernement semble être dépassé par les événements : ‘’ Aucune action n’est en train d’être menée par l’équipe en charge de combattre la Covid-19. Même le gouvernement n’agit pas.’’

L’hôpital régional de Gitega dépassé par les effectifs de malade atteints de la covid-19

Les chiffres qui émanent de différents établissements scolaires, ceux du district sanitaire de Gitega et ceux de différents services de cette province, montrent que des malades atteints par la Covid-19 sont estimés à 150. Pourtant, les responsables sanitaires semblent vouloir cacher les chiffres exacts, sans parler du manque criant de matériel. 

En effet, seul l’hôpital de district de Gitega possède les moyens d’effectuer le dépistage. Inquiétés par la montée des cas de personnes testées positives à la Covid-19 dans cette province, les habitants plaident pour la décentralisation du matériel du test de dépistage de la Covid-19. Ils indiquent qu’ils éprouvent pas mal de difficultés pour se faire dépister.

Depuis l’arrivée des premiers cas, tous les malades étaient alités à l’hôpital du district sanitaire de Gitega. Mais actuellement, les malades sont transférés vers d’autres emplacements comme les hôtels vus que cette infrastructure sanitaire est débordée compte tenu du nombre de personnes testées positifs à la Covid-19 qui ne cesse d’augmenter au jour le jour.

L’exemple typique est celui des élèves testés positifs à la Covid-19 et qui sont isolés dans les enceintes même de leurs écoles respectives. Le reste de la population atteinte est confinée au centre de développement familial, CDF en sigle.

Notre source à Gitega révèle que ceux qui sont chargés de faire le dépistage sont souvent débordés, ce qui consécutif au non-respect des mesures barrières. Ici l’on citera la distanciation sociale qui n’est pas respectée dans les établissements scolaires, les églises, ou encore dans le domaine même du transport. Pire encore, poursuit notre source, certaines personnes ne croient pas encore en l’existence de cette pandémie. Ces dernières avancent qu’il s’agit d’une simple grippe qu’on peut traiter à l’aide de feuilles d’eucalyptus.

Même son de cloche à Rutana

Près de 60 personnes ont été testées positives à la covid-19 dans la province Rutana endéans deux semaines seulement. La plupart de ces cas positifs sont des fonctionnaires de l’Etat et des responsables des églises. ‘’ La pandémie à coronavirus continue sa propagation à un niveau élevé ici dans la province Rutana. Durant les deux précédentes semaines, plus de cinquante personnes ont été testées positives. Mais les plus menacés sont les fonctionnaires de l’Etat, les employés des organisations comme ceux de la Croix-Rouge, les commerçants, les médecins, de même que les hommes de Dieu comme les prêtres. ‘’ A révélé un des agents de santé de la province Rutana à la RPA.

Suite à cette augmentation du nombre de cas positifs au coronavirus, certains hôpitaux de cette province sont actuellement débordés. Pourtant, les gestes barrières contre la Covid-19 sont en grande partie ignorés par la population de Rutana. ‘’ Même les hôpitaux sont débordés. Si par exemple on les teste et qu’on les garde à l’hôpital de Rutana, on ne peut pas trouver les places suffisantes pour tous les cas positifs. C’est pareil à l’hôpital de Gihofi. Un proche du médecin provincial a fait savoir qu’on ne peut pas garder tous les cas positifs à l’hôpital du fait qu’il n’y a pas assez de places. Le port de masque n’est pas respecté dans les endroits les plus fréquentés et on ne se lave même pas les mains. Dans les milieux scolaires, on y a mis des dispositifs de lavage des mains, mais il n’y a pas de l’eau. Sans oublier que les gens se serrent toujours la main en se saluant.’’

Selon les agents de santé de la province Rutana, les contaminations risquent d’augmenter encore si rien n’est fait pour sensibiliser la population au le respect des gestes barrières à cette pandémie.

Contacté à ce propos par la rédaction de la RPA, Olivier Nibitanga, gouverneur de la province Rutana, s’est réservé de tout commentaire. Quant à Thaddée Ndikumana ministre de la santé, de même que Jean-Bosco Girukwishaka, le porte-parole de ce ministère, ils n’ont pas décroché leurs téléphones portables.

Les derniers chiffres avancés par le ministère en charge de la santé publique date du 15 février. 40 personnes avaient été testées positives à la Covid -19. Selon le rapport produit la même date, les personnes actives sous traitement s’élevaient à 228 dans tout le pays. Et, depuis le 31 mars 2020, 1895 personnes ont été confirmées positives à la Covid-19, selon toujours ce rapport. Et officiellement, le pays a déjà perdu 3 personnes des suites de ce virus. Pourtant, au mois de juin 2020, l’ONG Caritas Burundi, dans sa publication, faisait état d’une dizaine de personnes ayant été emportées par cette pandémie.