Les règles d’hygiène et les gestes barrières contre Covid-19 ne sont pas respectés au camp de Kakuma

Les réfugiés du camp de Kakuma au Kenya craignent d’attraper le Coronavirus. Des mouvements de va-et-vient sont toujours observés et les réfugiés ne pratiquent pas les règles d’hygiène et certains gestes barrières contre cette pandémie.

Certains réfugiés burundais du camp de Kakuma craignent d’être contaminés au corona virus. Le matériel pour faire de la propreté est insuffisant et les réfugiés de ce camp ne respectent pas les mesures pour se protéger contre cette pandémie. « La manière dont les réfugiés se protègent contre cette pandémie de corona virus n’est pas efficace. Ici au Kenya,  les autorités du pays ont essayé de prendre des mesures pour éviter la contamination. Mais dans notre camp, les réfugiés ne les pratiquent pas. Il y a toujours des mouvements de va et vient dans les marchés. Ils sont vraiment indifférents ». Témoigne un réfugié de ce camp

 

Le gouvernement et les responsables du camp conseillent aux gens la distanciation sociale pour se prévenir contre cette pandémie. Malheureusement, ce geste barrière n’est pas appliqué par les réfugiés du camp de Kakuma. « Je me suis rendu là où on est en train de distribuer des aides aux réfugiés. C’est vraiment dommage ce que j’ai vu. Les réfugiés se bousculent. C’est vraiment difficile de se protéger dans ces conditions », précise un réfugié.

 

Ces réfugiés du camp de Kakuma demandent aux responsables de ce camp et au HCR de sensibiliser les réfugiés pour mieux se protéger.

 

Le camp de Kakuma au Kenya abrite plus de 185.000 réfugiés ; originaires de 19 pays dont le Burundi.