Les réfugiés burundais de la province de Kigoma seront bientôt vaccinés.

Les  doses de vaccin  contre la COVID- 19  destinées  aux réfugiés vivant en province de Kigoma en  Tanzanie  sont déjà apprêtées par le ministre de la santé de  ce pays.  Les  réfugiés saluent cette initiative du gouvernement tanzanien  mais demandent que ces vaccins soient administrés à  volonté.

Les vaccins contre la COVID- 19 qui seront administrés aux réfugiés vivant dans la province de Kigoma sont estimés à  vingt-trois  milles doses. L’un des réfugiés  burundais du  camp de Nyarugusu,  l’un des camps situés à Kigoma fait savoir qu’il  compte se faire vacciner car il a déjà  appris que le virus a déjà emporté plusieurs vies humaines. « J’ai entendu que c’est une maladie qui tue très vite. Moi et ma famille, nous  irons nous  faire vacciner dès que les vaccins arriveront dans les camps. J’aimerais aussi dire aux autres réfugiés comme on dit que  cela   concerne les  réfugiés de  la province de Kigoma d’aller se faire vacciner.  Car, vaut mieux prévenir  que  guérir. Ils doivent comprendre que se faire vacciner est pour le bien de tout un chacun ».  

 Toutefois, ces réfugiés demandent que la vaccination contre le coronavirus  soit volontaire  comme la présidente Samia Suluhu l’a précisé. « La présidente lorsqu’ elle  s’est faite  vaccinée     nous l’avions vu dans des télévisions, elle a  annoncé dans des radios  et on l’a écrit même dans  des journaux  que ce  sera volontaire. Et nous  refugiés,  nous demandons que ça soit respecté. Nous demandons au HCR  et aux autres autorités  de ne pas amener  plus tard d’autres exigences  comme par exemple dire que  tout refugié  devra montrer sa  carte de vaccination pour bénéficier de tel ou tel autre service », a insisté un réfugié.    

La Tanzanie a commencé la campagne de vaccination contre la  COVID 19 depuis près d’un mois. Mais aucun rendez-vous pour le début de la vaccination dans les camps n’a encore été communiqué.