Les burundais dépassés par le déni du Covid-19 par Gitega

La pandémie du coronavirus continue de faire des victimes dans l’indifférence totale du gouvernement. Des cas suspects ne sont pas testés et les patients sont abandonnés à l’automédication. D’autres personnes décèdent avec des symptômes du Covid-19 sans que leurs familles sachent exactement les causes réelles du décès. Pourtant, cette pandémie aurait déjà frappé certains membres du gouvernement qui, eux, sont obligés de souffrir dans le silence.

Confusion, ignorance et déséspoir, c’est le lot quotidien des burundais qui ne savent plus à quel saint se vouer depuis que la pandémie du coronavirus est présente au Burundi. C’est suite au mensonge et déni entretenus par le gouvernement burundais dans la gestion du plan de riposte contre la pandémie. Cette situation suscite colère et indignation dans les familles dont les membres décèdent avec des symptômes du Covid-19 sans qu’ils aient été testés de leur vivant. Et, pendant que les patients décèdent, certains citoyens sont contraints à l’automédication, tandis que d’autres sont sommés de rester chez eux et prendre des médicaments. Ce qui crée une peur panique au sein des familles qui craignent d’être contaminées.

L’attitude du gouvernement burundais suscite des inquiétudes et interrogations du fait que certains membres du gouvernement auraient été également contaminés et obligés de se faire soigner chez eux en vue de ne pas violer la politique de déni du gouvernement burundais. Plusieurs sources fiables affirment que le ministre de la santé publique Thadée Ndikumana et celui de la défense Emmanuel Ntahomvukiye, seraient également alités chez eux et ne se seraient pas présentés à leur lieu de travail depuis bientôt 10 jours.

Contactés, certains membres du comité de gestion de Covid-19 vont jusqu’à nier leur statut de membres du comité et disent n’avoir aucune responsablité dans le plan de risposte contre ce dangereux virus.