Explosion de contamination de la covid-19 au Burundi

Le dernier rapport du ministère de la santé publique est alarmant. Quatorze sur dix-huit provinces du pays sont touchées par la pandémie du corona virus. Et, timidement, le gouvernement commence à sortir du silence et à prendre au sérieux cette pandémie, en exigeant notamment le respect de certains gestes barrières.

Sur dix-huit provinces du Burundi, seules quatre provinces n’étaient pas encore touchées par la Covid-19 jusqu’au dix de  ce mois de janvier, jour de publication du dernier rapport du ministère de la santé. Ce qui veut dire que plus de soixante-dix-sept pourcent (77%) du territoire burundais est atteint par le corona virus.  La mairie de Bujumbura occupe les devants avec un nombre élevé de cas positifs à la Covid-19 par rapport aux autres provinces.

Le nombre de personnes atteintes par la Covid-19 a commencé à augmenter exponentiellement dès la mi-décembre de l’année dernière. Depuis le 13 décembre 2020 jusqu’au 9 de ce mois courant de janvier, 290 personnes ont été testées positives à la Covid-19, selon du moins le même rapport. Même si la plupart de ces cas positifs sont des voyageurs en provenance de l’étranger, pour le moment, la grande partie des contaminations sont locales.

Sur cette propagation rapide de la Covid-19, le président Evariste Ndayishimiye a confirmé que cette explosion de cas de contamination est la conséquence de  la négligence de la maladie par les burundais : ‘’ Comme vous l’avez déjà entendu, on avait vaincu cette pandémie, mais elle a fini par réapparaître à cause de notre négligence. Dieu nous avait fait une faveur mais nous n’avons pas su en profiter. Toutefois, il n’est pas encore trop tard pour lutter contre cette pandémie. Elle est à un niveau inférieur à celui qu’on avait atteint quand on a lancé la première campagne de dépistage. Nous voulons donc prévenir à temps ‘’.

De nouvelles mesures instaurées pour freiner la propagation de la Covid-19

Depuis ce lundi 11 janvier 2021, différentes mesures ont été prises pour limiter les dégâts de cette pandémie. Ces mesures sont entre autres la fermeture des boites de nuit, l’interdiction des karaokés, l’augmentation des jours de la quarantaine pour les voyageurs qui a été revue à sept jours au lieu de trois. De plus, chaque voyageur doit subir deux tests de la Covid-19 avant de quitter la quarantaine. Il est aussi ordonné qu’avant d’entrer dans différents endroits fréquentés, les gens devront se laver les mains.

A part ces mesures concernant tous les burundais, certaines autorités ont également instauré leurs propres règlements. C’est notamment le maire de la ville de Bujumbura qui a exigé le port de masque aux demandeurs de services dans différents bureaux de la mairie, zones et communes  de Bujumbura. Pareil pour le responsable de l’agence de promotion et d’investissement qui a désormais imposé le port du masque de protection à tout son personnel et aux demandeurs de services.

Egalement, le gouvernement a arrêté d’autres mesures ce mardi. En effet, à partir de ce mercredi 13 janvier 2021, le port de masque est obligatoire pour les conducteurs de véhicules, motos et vélos de transport ainsi que pour leurs clients.

Vu que de nouveaux cas de covid-19 continuent à être enregistrés dans différentes provinces du Burundi. Les experts dans le domaine de la santé ainsi que les politiques interpellent les autorités burundaises, à commencer par le président du pays, de ne plus prendre à la légère la pandémie du coronavirus et ainsi mettre en place d’autres mesures indispensables qui manquent dans le pays telles le port obligatoire du masque pour chaque citoyen, sans oublier la distanciation partout dans le pays.