Bujumbura observe un répit mais le reste du pays reste confronté au manque de médicaments de Covid- 19

Après quelques mois de carence des médicaments de covid-19, certains médecins qui traitent les cas testés positifs à la covid-19 dans différents hôpitaux de la mairie de Bujumbura indiquent que c’est un ouf de soulagement. Actuellement,  la situation n’est plus comme avant. Une personne testée positive peut avoir un médicament aujourd’hui.

Néanmoins, ces médicaments ne sont pas suffisants et un patient ne peut pas avoir la totalité de la dose  prescrite par le médecin. Par conséquent, ces cas positifs de covid-19 ne peuvent pas guérir complétement comme le témoigne ce médecin. « C’est vrai, il y a eu un changement et on a mis de l’effort. Les médicaments sont disponibles mais pas en quantité suffisante. Actuellement, un cas positifs peut avoir au moins la moitié des médicaments dont il a besoin. Les conséquences sont multiples car un patient ne peut pas guérir complétement sans avoir tous les médicaments et c’est tout à fait compréhensible. Tu ne peux pas guérir sans prendre tous  les médicaments. Je te parle ce qu’il y a là où j’exerce. En plus pour le moment,  le problème est que la propagation de la covid-19 ne cesse d’augmenter ».       

A l’intérieur du pays, c’est tout à fait le contraire. Les sources de la RPA dans certaines provinces de l’intérieur font savoir que la plupart des provinces du pays souffre du manque de ces médicaments qu’on donne aux personnes testées positives à la covid-19 .  

Dans les provinces de Gitega, Ngozi, Kirundo et autres,  les cas testés positifs à la covid-19 sont actuellement envoyés chez eux sans même leur donner des médicaments. Cette situation dure depuis quelques mois. Mais, aucune réaction de part des dirigeants du ministère de la santé pour résoudre ce problème n’a été jusqu’ici enregistrée.

A ce propos, la rédaction de la RPA a essayé de joindre  Thadée NDIKUMANA, ministre de la santé, mais en vain.