L’or noir reste un problème à Bujumbura

Pénurie de plus en plus généralisée de carburant dans la municipalité de Bujumbura.  Depuis ce dimanche, l’on constate de longues files d’attente sur quelques stations-services qui en disposent. Les conséquences de cette pénurie sont notamment la perturbation de différentes activités quotidiennes de la population.

Depuis quelques jours, on observe une pénurie de carburant en mairie de Bujumbura. Mais, la situation s’est empilée depuis ce dimanche. Beaucoup de station- services de la ville sont fermées. Les pompistes qui se sont confiés à la RPA affirment qu’ils n’ont aucune goutte d’essence dans leurs réservoirs. Depuis hier jusqu’aujourd’hui matin, les trois stations-services situées sur l’avenue du large au sud de la capitale sont fermées par manque de carburant.

Une seule station-service ouverte sur la route Bujumbura-Rumonge au sud de la ville s’appelle Kinindo City Oil. Cette dernière est très sollicitée il y a une longue file d’attente de clients. La station-service appelé communément chez KATIKATI était également ouverte ce lundi matin et de nombreux véhicules faisait la queue. Au quartier asiatique, une seule station-service d’Interpetrol était en train de servir les clients qui ont des bons.

Certains clients affirment qu’ils passent presque toute la journée en faisant la queue et qu’ils rentrent chez eux le soir sans être servis. Les véhicules qui font la queue bloquent également la circulation routière selon ce témoignage. « Nous observons une pénurie de carburant depuis quelques jours. Mais ce dimanche, c’était catastrophique. Nous garons nos voitures sur les station- services car ils nous ont donné une promesse qu’on sera servi le lendemain. Chez KATIKATI, c’est le pire parce qu’il y a de longues files d’attente et ça bloque la circulation. Nous ne savons pas la cause de cette pénurie. Nous ne savons pas si c’est généralisé sur tout le territoire national ».

Ce lundi matin, certains clients devraient verser des pots de vin aux pompistes pour être servis à l’aide des bidons.

Les quelques clients qui se sont confiés à la RPA affirment qu’ils sont chaque fois en retard dans leurs services respectifs et que cette situation est en train de perturber leur journée de travail. Les conducteurs de véhicules de transport en commun disent qu’ils enregistrent un manque à gagner depuis deux jours.