Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

Flambée des prix des denrées alimentaires en Mairie de Bujumbura

Les commerçants disent ne pas être responsable de la cherté de ces produits et avancent le motif de la pandémie du Corona. Pour la population, cette situation vient ajouter le drame au drame. Tous demandent au gouvernement de prendre des mesures pour pallier à cette situation.

La hausse vertigineuse des prix de certaines denrées alimentaires a commencé à se manifester depuis près de deux semaines à Bujumbura, la capitale économique du pays. En témoigne cet habitant du quartier nord de Bujumbura qui s’est entretenu avec la RPA. « Depuis l’apparition du coronavirus dans les pays limitrophes du Burundi, le charbon est passé de 12 à 30.000 francs. Pour les autres denrées, une somme variant entre 300 et 500 a été ajoutée à chaque kilogramme. Il s’agit entre autres du sucre, du riz, du haricot, de la pomme de terre ainsi que de l’huile de palme. Quant à la tomate, un kilogramme qui s’achetait à 1.300 francs burundais se vend aujourd’hui à 2.000 francs ».

 

La RPA a également approché certains commerçants pour comprendre ce qui a motivé cette hausse des prix. A l’unanimité, ceux qui ont accepté de nous accorder une interview disent qu’ils n’y sont pour rien vu que les prix ont été majorés au marché d’approvisionnement. « Le sucre ne s’achète plus au même prix, de même que le riz, le haricot, etc. Donc on est obligé de revoir les prix à la hausse pour éviter de travailler à perte », se confie un commerçant.

 

Les habitants de la mairie de Bujumbura demandent aux autorités administratives et au ministère du commerce de suivre de près cette situation surtout en cette période précaire.

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 332 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech