Alain Guillaume Bunyoni , un pseudo- économiste

Ouverture ce jeudi 26 Août par l’Association des industriels du Burundi de la 4eme édition du salon industriel du Burundi réunissant les entrepreneurs de la région de l’Afrique de l’Est. Durant cette activité, le Premier Ministre burundais,  Alain Guillaume Bunyoni, a indiqué que les importations n’ont pas la raison d’être tant que le sous-sol burundais  regorge d’énormes potentialités. 

Le Salon industriel du Burundi entre les entrepreneurs nationaux et ceux de la région de l’Afrique de l’Est a été organisé dans l’objectif de lancer un appel aux potentiels partenaires du Burundi pour soutenir le domaine industriel. Le thème général de de cette 4ème  édition qui durera 2 jours est je cite « un secteur industriel dynamique et responsable, engagé dans l’accroissement des exportations et la création d’emplois ».

Dans son discours d’ouverture, le Premier Ministre a fait savoir qu’il est incompréhensible que le Burundi achète certains produits étrangers. Ici Alain Guillaume Bunyoni indique que le Burundi ne devrait pas importer  entre autre les objets   en céramique et en porcelaine au moment où le sous-sol burundais regorge suffisamment d’argile. Alain Guillaume Bunyoni se demande également pourquoi le pays n’a pas de production suffisante de ciment alors que les intrants pour sa production sont sur place.

Ce discours d’Alain Guillaume Bunyoni contraste avec les défis déjà relevés par certains opérateurs économiques burundais. Lors du lancement de ce salon le 6 de ce mois, Olivier Suguru, Président de l’Association des industriels du Burundi avait souligné qu’à part les banques qui octroient des crédits aux industriels à un taux d’intérêt réduit, il existe d’autres défis tels la certification, le manque de devises et le manque d’une politique d’industrialisation qui constituent les principaux obstacles pour accroître les volumes  d’exportation.