Trois personnes de Kayanza sont condamnées pour attentat contre la vie du président

Trois personnes de la province de Kayanza ont été condamnées ce dimanche à une peine de 3 ans d’emprisonnement par le Tribunal de Grande Instance de Kayanza. Elles sont accusées d’attentat contre le chef de l’Etat pour avoir lancé une pierre mercredi dernier sur le cortège présidentiel à Kayanza.

Augustin Manirishura, Shadia Mbaririmana et Christophe Ndayishimiye tous les trois ont été condamnés ce dimanche à une peine de 3 ans d’emprisonnement prononcée par le Tribunal de Grande Instance de Kayanza. 

Les deux premiers sont des pompistes à la station Engen. Le troisième c'est un mécanicien à la même station.

Tout a commencé mercredi dernier lors du passage du cortège présidentiel sur la route nationale Kayanza-Ngozi. Le président Evariste Ndayishimiye venait d’une activité officielle en commune Matongo de la province Kayanza.

Vers 16 heures 30 minutes, certains véhicules de son cortège ont été touchés par des pierres qui auraient été jetées à partir d’une station-service des environs, témoignent les habitants de Kayanza.

Aussitôt, cinq personnes ont été appréhendées dont deux journaliers de la même station. Notre source à Kayanza révèle qu’elles ont été accusées de « non-assistance à personne en danger en qualité du président de la République. » Après l’interrogatoire mené par l’officier de police judiciaire, deux présumés ont été relâchées.

Les trois restantes ont comparu devant le Tribunal de Grande Instance de Kayanza dans un procès de fragrance ce dimanche. Cette fois- ci, le procureur de la république à Kayanza les a chargées d’attentat contre le chef de l’Etat parce que ces pierres ont été jetées en provenance de leur station- service.

Après le procès, les trois ont écopé d’une peine de 3 ans d’emprisonnement.

Les trois condamnés rejettent les accusations disant qu’ils ne pouvaient pas se hasarder à assassiner le chef d’état en utilisant les pierres voire la vitesse d’allure du cortège du président de la république.