Un agent de transmission du commissaire provincial à Cibitoke accusé d’extorquer de l’argent à la population

Les habitants de la commune Rugombo en province Cibitoke dénoncent les actes de vol et de harcèlement dont ils sont victimes. L’auteur est l’un des agents de transmission du commissaire provincial. Le policier les frappe et les contraints à payer des amandes sur aucune base juridique. Les habitants de Rugombo regrettent que ceux qui devraient les rétablir dans leurs droits soient les véritables protecteurs de ce policier.

Cet agent de transmission du commissaire provincial en province Cibitoke accusé de harcèlement et d’extorsion à l’endroit de la population de la commune Rugombo s’appelle Saidi. Les habitants de cette localité, notamment les motards et les chauffeurs des véhicules de transport en commun, précisent qu’ils sont souvent contraints par ce dernier à payer une amande sans quittance. ‘’ Que tu sois en ordre ou pas, tu dois exécuter ses ordres. C’est-à-dire, donner de la corruption. Si un motard transporte un passager qui n’a pas mis de casque, il les laisse partir pour l’arrêter quand il sera seul au retour. Dans ce cas, il doit payer une amende de 20 mille francs Burundais sans quittance. Celui qui réclame ce document justificatif, sa moto est confisquée’’, a témoigné un des habitants de la commune Rugombo qui fait également savoir que, pour récupérer la moto lui confisquée, la victime doit payer une amende comprise entre 200 et 300 mille francs Burundais.

Mis à part ce phénomène d’extorsion et de corruption qui caractérise le policier Saidi, ce dernier traumatise la population par des coups de fouets et des emprisonnements abusifs. ‘’ C’est quelqu’un de solitaire et très violent.  En cas de mésentente ou de simple incompréhension avec lui, on est giflé ou on reçoit un coup de pied. Il arrive même qu’on soit emprisonné ‘’, a regretté  un autre habitant de la commune Rugombo.    

Pire encore, selon toujours la population de la commune Rugombo, cet agent de transmission du commissaire Mpagaze n’a jamais comparu en justice pour répondre à ses actes car d’après toujours cette population, il serait protégé par ceux qui devraient le sanctionner à savoir le commissaire et les officiers de police judiciaire.

A ce propos, la rédaction de la RPA a contacté Gilbert Manirakiza administrateur de la commune Rugombo mais il s’est refusé à tout commentaire.