La police tanzanienne impliquée dans des enlèvements au camp de Nduta

Au moins deux réfugiés burundais du camp de Nduta en Tanzanie sont portés disparus depuis ce dimanche. Au moment où ils ont été appréhendés par les agents de la police tanzanienne, leurs familles demandent que cette persécution cesse et exigent d’etre informées sur le lieu de détention des leurs.

Depuis quatre jours , deux burundais réfugiés au camp de Nduta en Tanzanie sont sans trace. Selon notre source dans ce camp, ces personnes ont été enlevés par la police tanzanienne. ‘’La nuit de Samedi vers la matinée de dimanche, un nommé Sabokwigura, l’un  des chefs du village 7 en zone 8, a été arreté par la police tanzanienne vers 2h du matin. L’autre est un prénommé  Elias. Il est le responsable de 10 maisons et vendait de la bièrre de maïs. Il  a été lui aussi enlevé par la police. Il habitait la zone 8, Village 10’’, a révelé un des réfugiés du camp à la RPA.

Les réfugiés burundais sont inquiétés par ce comportement de la police qui était plutôt sensée les protéger. Pire encore, lorsque les familles  vont s’enquérir de la situation des leurs à la police, cette dernière leur répond qu’elle n’est au courant de rien. Les familles font savoir qu’elles ont cherché dans tous les cachots de la place mais sans succès. ‘’ Nous sommes très inquiets et ne savons plus à quel saint nous vouer du moment que ces personnes sont arrétées par la police. Plus grave encore, lorsque nous allons demander des informations à la police,  on nous dit que ces personnes ne sont pas détenues à leur poste. Il est incompréhensible qu’un véhicule qui porte l’immatriculation de la police puisse s’introduire dans le camp à l’insu des agents de sécurité du camp’’, s’alarme un réfugié du camp de Nduta.

La rédaction de la RPA a essayé de contacter Martin Ottienno, le responsable de la police dans la province de Kigoma, mais sans succès.