Des ténors du régime CNDD-FDD impliqués dans le trafic humain au Burundi

Certaines autorités du pays sont citées dans différents crimes du trafic des burundaises vendues dans les pays du Golf. La police et le gouvernement ont bon annoncé des mesures contre ce trafic, mais selon les informations détenues par la RPA, ces ténors les empêcheraient d’agir. Seuls les petits poissons sont attrapés. 

Dans une interview accordée aux journalistes, le porte-parole du ministère de l’intérieur et de la sécurité publique, Pierre Nkurikiye, a affirmé avoir appréhendé à l’aéroport international Melchior Ndadaye, un certain BPP 2 Gratien Ndayizeye, un brigadier de police. Ce dernier aurait été arrêté au moment où il escortait des burundaises à destination des pays du Golf. Pierre Nkurikiye a déclaré que ce policier est un agent de l’immigration affecté à Kanyaru-Haut, sur la frontière burundo-rwandaise.

La police serait-elle décidée à démanteler ce trafic ? Plus d’un répondent par la négative. Et pour cause, depuis le mois de décembre 2020, quand il y a eu découverte d’une maison en zone Buterere où étaient enfermées 101 femmes, la police a toujours exhibée de simples individus comme étant derrière ce trafic d’êtres humains. Mais paradoxalement, parmi ces burundaises arrêtées à Buterere, certaines d’entre elles ont fini par partir vers les pays du Golf. Il y en a qui ont été ramenées au Burundi après leur arrestation en Tanzanie et au Kenya. Les informations détenues par la RPA révèlent que la police exhibe les simples individus pour la simple raison que les gros poissons du régime sont impliqués dans le trafic. Et ces derniers gagnent beaucoup d’argent dans ce business. Selon toujours ces mêmes informations, la destitution de CPP Générose Ngendanganya qui était commissaire de l’immigration serait liée au trafic des êtres humains. Les sources de la RPA indiquent que CPP Générose Ngendanganya commençait à être un élément gênant pour ledit réseau des trafiquants. Nos sources font savoir que CPP Générose Ngendanganya aurait eu connaissance de la propriétaire de la maison du quartier Carama où ont été découverts des passeports en 2020. La propriétaire serait la chargée de la logistique au sein de la PAFE. C’est cette dernière que les ténors du régime impliqués dans le trafic des êtres humains veulent protéger pour que le secret soit bien préservé. Le choix était donc de destituer la CPP Générose Ngendanganya pour la remplacer par le CPP Maurice Mbonimpa, un des officiers acolytes du premier ministre Alain Guillaume Bunyoni et de Gervais Ndirakobuca, le ministre de la sécurité publique.

Certaines sources parmi les défenseurs des droits de l’homme burundais ont dit à la RPA que ces deux autorités seraient aussi des complices de l’ancien commandant  aéroportuaire, OPC2 Salomon Nduwayezu destitué en février dernier. Il était cité par plusieurs sources comme étant celui qui facilitait le passage des burundaises vers les pays du Golf, via l’aéroport. D’où pour ces sources, il est difficile de stopper le trafic des êtres humains car ce sont de petites figures qui sont arrêtées.