Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

Vers le carnage des réfugiés burundais de Lusenda ?

Les réfugiés burundais du camp de Lusenda à l’Est de la République Démocratique Congo alertent le gouvernement Congolais et la communauté internationale sur le massacre en cours de préparation à leur endroit.  Les planificateurs de ce massacre seraient les responsables des groupes armés de la communauté des Babembe qui ont pour complices certains responsables chargés de la sécurité dudit camp.

Ça fait exactement 12 jours que ces réfugiés burundais du camp de Lusenda campent devant les bureaux de la commission nationale en charge des réfugiés, CNR en sigle, fuyant les attaques des groupes armés de la communauté des babembe. Là où ils sont regroupés, ces réfugiés indiquent qu’aucune autorité ne s’est encore rendue  sur place pour les tranquilliser. Au contraire, la police serait en train de s’organiser pour les chasser de force de cet endroit afin qu’ils retournent dans leurs ménages. ‘’ Ils sont en train  de préparer  des  policiers qui vont nous mâter et nous disperser, tout ça pour nous contraindre à regagner le camp alors que nous y avons récemment perdu un des nôtres. Autre chose, ils font chaque  jour des réunions.  Heureusement qu’Il y a encore des gens de bonne foi qui nous renseignent sur la tenue de ces réunions qui n’ont d’autre objectif que de fabriquer des montages afin de prouver que ce sont les burundais eux-mêmes qui sont à l’origine de cette insécurité.’’ Témoigne ce réfugié.

Dans ce montage en cours de préparation, certains réfugiés du camp de Lusenda vont être accusés d’appartenance aux groupes armés. Ce qui est en réalité un prétexte visant à les éliminer.  ‘’ Au fait, ils ont l’intention de capturer les réfugiés à leur retour des champs. Ils vont alors les forcer à porter des tenues militaires et ainsi les prendre en photo afin de les exhiber pour prouver qu’ils font partie des groupes rebelles qui déstabilisent cette localité. Il y a même des agents du CNR qui ont dit qu’on allait subir le même sort que celui des banyamulenge tués à Gatumba. ‘’

Toutes les stratégies auraient déjà été affinées pour arriver à cette fin. Selon notre source, les  boucs émissaires auraient été choisis parmi les réfugiés qui gagnent leurs vies comme taxi-motards.‘’ Ils vont mettre des cartouches et des fusils dans des sacs et vont solliciter des motards burundais pour qu’ils les transportent à bord de leurs motos. Ils vont ensuite appeler des policiers ou des militaires et leur indiquer l’itinéraire emprunté. Comme ça, ce motard burundais sera arrêté  et accusé d’avoir déplacé illégalement des armes.’’ Révèle ce réfugié qui a été alerté par un des participants dans ces réunions.

Pour ces réfugiés du camp de Lusenda, il est grand temps que le Gouvernement congolais et la communauté internationale prennent cette question au sérieux et ainsi éviter le pire.

A ce propos, nous n’avons encore pu joindre le porte-parole du gouvernement congolais. Quant au représentant du HCR à Kinshasa, il nous a indiqué qu’il allait s’informer et suivre de près ce dossier.

Faire un don

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 323 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech