Les élèves de Rumonge contraints d’abandonner leurs études suite à l’insécurité

Perturbation des activités scolaires à certaines écoles de la commune Bugarama en province Rumonge. A l’origine, des combats qui, depuis un certain temps, opposent les rebelles du mouvement Red-Tabara à l’armée régulière. Une situation qui a contraint pas mal de familles proches des localités attaquées à abandonner leurs foyers.

Les affrontements qui se déroulent ces derniers jours dans les communes Bugarama, Muhuta et Burambi ont perturbé les activités scolaires à certaines écoles. Selon notre source à Rumonge, certaines familles ont quitté ces localités. Comme conséquences, leurs enfants ne se présentent plus à l’école.

’Depuis le début de l’année scolaire, plusieurs élèves ne sont pas retournés à l’école. Pour la plupart, leurs familles ont dû fuir tandis que ceux qui n’ont pas fui se déplacent le soir vers les collines où ils pensent être en sécurité. Certains élèves donc ont arrêtés d’aller à l’école de peur que les combats n’éclatent quand ils sont à l’école.’’ Témoigne ce parent.

Pire encore, ajoute ce parent, la décision du gouverneur de Rumonge obligeant les jeunes de plus de 18 ans, y compris les élèves, à faire des rondes nocturnes a empiré la situation. ‘’ Autre chose qui nous pousse à nous abstenir d’envoyer nos enfants à l’école, c’est la mesure prise par le gouverneur de Rumonge. Ce dernier oblige les jeunes-hommes de plus de 18 ans des communes Bugarama, Muhuta et Burambi à faire des rondes nocturnes, faute de quoi ils seraient taxés d’une amende ou considérés comme complices de ces rebelles. ‘’ Poursuit ce parent.

Les habitants des communes Bugarama, Muhuta et Burambi regrettent que, durant l’accalmie, ils se font arrêtés injustement, accusés de collaborer avec ces combattants. D’où ils demandent aux autorités de les protéger au lieu de les traiter de rebelles.

Contacté par la rédaction de la RPA, Consolateur Nitunga, gouverneur de la province Rumonge, n’a pas voulu s’exprimer.