Des militaires burundais rentrent de la RDC après affrontement avec Red-Tabara

Un groupe de militaires burundais est rentré ce lundi de la RDC après plusieurs jours d’affrontements avec des rebelles du mouvement armé burundais, Red-Tabara. Le motif de son retour n’est pas encore élucidé mais il aurait enregistré des pertes au cours de ces affrontements.

Ce groupe de militaires burundais sont arrivés au camp de Cibitoke ce lundi. Arrivés sur le sol burundais, ces militaires ont été cantonnés dans la réserve de la Rukoko depuis le soir de ce dimanche, précise une source au sein de ces militaires.

 

En RDC, ces militaires s’affrontaient avec le mouvement rebelle burundais Red-Tabara. Plus d’une vingtaine de militaires burundais seraient morts tandis que plus de 30 autres auraient été blessés. Des effets militaires et armes auraient été également perdus par ces militaires burundais au moment du repli. Parmi les militaires tués, trois auraient été brûlés par leurs compagnons d’armes le transport des cadavres vers le Burundi étant devenu impossible, précise notre source.

 

La majorité de ces militaires vient du 112ème bataillon de Cibitoke et de la brigade spéciale de protection des institutions BSPI. A ces militaires s’ajoutent des Imbonerakure et des éléments de la milice FDLR basée dans la forêt de la Kibira.

 

En RDC, les militaires se sont alliés aux rebelles congolais Maï-Maï et aux rebelles banyamulemge du Groupe Gumino. Ces militaires burundais opéraient sous le commandement du Lieutenant-colonel Zénobe Niyonzima dirigeaient avant cette mission la position des militaires qui assurent la garde de la RTNB. Le Lieutenant-Colonel Niyonzima Zénobe commandait les militaires burundais à partir de la localité de Fizi, témoigne la source de la RPA.

 

Quant à l’identité des victimes parmi les militaires burundais, la source de la RPA a révélé que ces éléments de l’armée burundaise ne se connaissent pas tous entre eux et venaient de diverses positions militaires. Une stratégie du régime de Gitega qui visait à cacher l’identification des victimes au cas où il y’aurait des pertes enregistrées. Une stratégie qui selon notre source a bien fonctionné.

 

Depuis ce mardi, ces militaires ont tous reçus des congés avant de retourner à leurs postes d’attache.

 

La rédaction de la RPA n’a pas pu joindre les responsables de l’Etat-Major Général de l’armée burundaise pour plus de détails.