Des membres du parti Cnl fuient de peur d’être assassinés à Gisuru

Fuite ce mardi de quatre membres du parti CNL de la zone Nyabitare en commune Gisuru, province Ruyigi, de peur d’être assassinés par des Imbonerakure. Cette fuite intervient après des attaques des Imbonerakure armés de gourdins et machettes lundi soir sur certains ménages des membres du parti CNL.

Cette attaque des Imbonerakure a été opérée aux domiciles des membres du parti CNL de la colline Nyamitaka et Kireka de la zone Nyabitare, commune Gisuru en province Ruyigi. Selon des sources sur place, ces Imbonerakure dirigés par leur chef au niveau de la zone Nyabitare, ont visité ménages par ménages des membres du parti CNL et lancer des pierres sur leurs maisons tout en entonnant des chansons d’intimidations. « Des Imbonerakure dirigés par Eric Kwizera, chef des Imbonerakure sur la colline Nyabitaka, et Siméon Gahoza, le responsable du parti Cndd-Fdd sont venus et ont commencé à nous lancer des pierres. Ils nous ont ensuite frappés avec des gourdins. Ils avaient également des couteaux. Ils nous ont vraiment effrayés. Ils ont par la suite arraché un drapeau suspendu sur la voiture de ceux qui étaient venus pour l’ouverture de notre permanence. Ils se sont également rendus au domicile d’Edouard Nzambimana, un membre du parti CNL et ont lancé des pierres sur sa maison. Ils voulaient qu’il sorte pour qu’ils l’exécutent », précise un témoin.

 

Ainsi donc, 4 des membres du parti CNL ont fui leurs domiciles de peur d’être lynchés par ces Imbonerakure. Il s’agit des nommés Nyawenda, Kibuye et Nzambimana Edouard, ainsi qu’un autre membre du parti CNL de la colline Kireka nommée Marie Goreth Nyarushatsi. Cette dernière était surtout sous menaces d’un Imbonerakure appelé Ciza. Ajoute notre source.

 

D’autres membres de ce parti sur les collines Munyinya et Muvumu de la même commune se sont sauvés il y’a deux semaines, suite aux actes d’intimidation des Imbonerakure. Ces derniers leur ordonnaient de quitter le parti CNL à défaut de quoi ils allaient les tuer.

 

A ce propos, la rédaction de la RPA a contacté Aloys Ngenzebuhoro, administrateur de la commune Gisuru mais après une brève présentation, il a raccroché.