La galère des filles du camp de réfugiés de Nduta en Tanzanie

La fille fait face à beaucoup de difficultés au camp des réfugiés burundais de Nduta en Tanzanie. En plus de la pauvreté, les filles de ce camp abandonnent l’école et sont contraintes à des mariages précoces. Des mariages qui ne font même pas long feu.

Le manque de l’essentiel pour  une jeune fille dans sa vie quotidienne est la premiѐre cause qui fait que la vie des jeunes filles au camp de Nduta devient de plus en plus compliquée. En conséquence, tout cela ne fait que conduire ces filles dans de mauvais comportements y compris le vagabondage sexuel pour voir si elles peuvent subvenir à leurs besoins. Et au bout du compte, les conséquences sont multiples comme l’une d’elles témoigne. « Il y a de  sérieux problèmes. Vous savez tout ce qu’une fille a besoin dans sa vie. Elle a besoin d’avoir des produits  cosmétiques  pour son corps : le savon, les lingettes et autres. Ainsi,  elle ne peut pas trouver tout ça seule. D’où la nécessité de trouver quelqu’un à qui elle peut demander ça. Et  cet homme  qui accepte d’aider cette fille ne va pas le faire gratuitement. Il va demander de coucher avec elle. Par la suite,  elle va avoir de grossesse non désirée, les maladies sexuellement transmissibles et autres. Donc,  elles ont une mauvaise vie vraiment ».     

Suite à cette misère, la plupart de ces jeunes filles au camp de Nduta se marrie précocement.  Malheureusement,  ces mariages ne durent pas. Le pire, ce sont leurs propres professeurs qui sont à l’origine de ces problèmes en leur trompant de coucher avec eux. « Personne ne peut dire que se marier rend la vie facile à ces filles car quelque chose qui te pousse à abandonner l’école c’est quelque chose qui vient pour te priver de tes droits. En plus, il y a celles qui se marient juste pour quelque jours. Par la suite,  elles finissent par retourner chez  leurs parents. Vous comprenez bien que dans leurs  foyers les choses n’étaient pas bien. Quant aux  professeurs, il y a parmi eux ceux qui trompent ces filles pour avoir de rapport sexuels. Parfois, ces enseignants sont punis une fois attrapés. Mais,  ce n’est pas tous  les jours car il y a des fois où ces professeurs menacent ces enfants pour qu’ils restent silencieux », témoigne une fille du camp.  

De plus, certaines filles du camp de Nduta sont violées au moment où elles vont à la cherche du  bois de chauffage. « Ici à Nduta,  les filles font face à beaucoup de  problèmes différents à cause de la vie que nous vivons ici. Il y a celles qui sortent du camp pour chercher le bois de chauffage. Certaines sont violées et tombent enceintes et ont  des grossesses non désirées et d’autres attrapent des maladies sexuellement transmissibles », poursuit- elle.

La plupart des filles du camp de Nduta ont abandonné l’école à cause de la vie difficile. Elles demandent à tout bienfaiteur de leur venir en aide.